Le Maréchal Ganache a vu "Au Revoir là-haut", et profite de la venue de Niels Arestrup pour en parler.

Ecoutez, mon cher Morin et vous aussi madame Kaddour , nous nous connaissons depuis longtemps, du moins depuis que je suis en CDI à France Inter, et je croyais avoir pour vous, non pas de l’affection, (je laisse ça aux lopettes) mais de l’estime. Nagui étant parti naviguer sur son yacht de 15 mètres (de large), à peine êtes vous assis à sa place, que vous vous comportez avec la même outrecuidance que lui , confirmant ainsi le vieil adage qui dit que c’est à la livrée des larbins qu’on reconnaît le maître... Oui, à l’instar de Nagui, vous n’avez de cesse de dénigrer, de piétiner, de salir, de souiller nos valeurs patriotiques désormais considérées comme étant aussi ringardes que révolues. je préfère donc me taire et passer la parole à un vieil ami, Jean–Philippe Pétain, le neveu du Maréchal Pétain, patriarche providentiel et sauveur de la patrie...

"Français, j’ai pris la décision, dure au cœur d’un soldat, d’aller au casino de Vichy voir le film « Au Revoir là haut »... Avec une stupeur attristée, j’y ai vu deux poilus, Edouard et Albert, rescapés de l’horreur des tranchées, qui décident de monter une escroquerie aux monuments aux morts. Un sacrilège qui profane ces statues dont les érections (aussi magnifiques que celles dont j’honorais jadis mon épouse Germaine toujours ardentes dans les assauts) dont les érections disais-je commémorent les sacrifices héroïques de nos soldats morts pour la patrie.  

Monsieur Arestrup, naguère vous m’aviez bouleversé en incarnant de façon saisissante le général Von Choltitz, qui était un ami, et dont je déplore néanmoins qu’il n’ait pas appliqué à la lettre, les ordres du Führer, qui était un ami ... Apprenant que vous participiez au film d’Albert Dupontel , (qui était un ami) où vous incarnez un père accablé par les turpitudes de votre descendance, je me suis dit que vous pourriez en limiter les conséquences funestes en cassant, encore plus, la gueule de votre fils puisque celui ci était déjà une gueule cassée. Mais comme le dit Nagui dans son affreux sabir rastaquéro américain « Je ne veux pas « spoiler ». Donc, chers auditeurs de la radio française je vous dis « Au revoir là haut » c’est à dire « Adieu » ! "

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.