Jean-Jack Lang a adoré « Jusqu’ici tout va bien » de Mohamed Hamidi avec Sabrina Ouazani et évoque en quoi la banlieue a inspiré ses envies capillaires...

Très cher Daniel, à vous écouter avec la plus grande des attentions comme je le fais depuis le début de la semaine, que constate-je ?

Eh bien je constatche qu’à défaut d’avoir la peau de Nagui, vous entrez dans la sienne, et je dois dire que le mimétisme à ce point poussé, très cher Daniel, relève de l’identification masochiste, de l’envie de cher la chtouille où plutôt du syndrome de Stockholm, qui  pousse une victime à s’enticher de son tortionnaire… Mais je ne suis pas ici pour vous procéder sur vous à une coloscopie ni à une psychothérapie dont je crains qu’elle ne déchaine plutôt qu’elle ne la calme, la bête qui sommeille en vous...

Vous devriez consulter un ORL, cher Daniel, plutôt qu’un psychiatre car Leila Kaddour-Boudadi l’a expliqué plus synthétiquement encore que ne l’aurait fait Nagui : en ce qui concerne la banlieue et les té-cis, ce film formidable de Mohamed Halmidi, où excelle l’excellente Sabrina Ouazani, ce film va à l’encontre des a priori ahuris, des partis pris pourris, menteries, âneries, gausseries, conneries, saloperies (des tas de trucs en « rie », mais aussi en « nies », en « sies » et en « bie » : avanies, inepties, xénophobie…

Vous pourriez m’appeler Jiji, ça ferait une rime en « Ji »… mais je poursuis : j’ai une dette culturelle envers la banlieue, qui nous a fait découvrir, à mon cousin Jack (et à moi) le peura, le slam, les battles, la break dance, le hip hop,  trip hop, houla hop et le Yop ! Mais aussi le street art : tag, graf, throw up… Et ce n’est pas tout…

La banlieue m’a surtout fait découvrir un art capillaire qui décoiffe (je sais ce que je viens de dire est une tautologie dont je précise pour vous Daniel qu’il ne s’agit pas d’une anthologie des histoires de Toto, mais une figure répétitive) donc, dès ce soir, chez Zouzou coiffure, renonçant à mon à mon habituelle coupe dégradée rajeunissante avec balayage et pigmentation des racines, je demanderai à Jean-Patou, mon capilliculteur paysagiste, de tenter sur ma teuté une crête Crazy Colo vert fluo à la Pogba…  

Ceci dit, j’hésite aussi entre un lissage brésilien à la kératine liquide, et une pose de dreads locks en extension, qui me redonnerait du volume… 

En attendant vive la banlieue et bonne émission !

Contact
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.