Jean-Jack Lang a fait un rêve bien étrange, en prise à des champignons hallucinogènes...

Parfois, au petit matin, de retour chez moi après un after de folie au Banana, quand je me glisse sous ma couette, je m’endors. Mais je suis tellement harassé, épuisé, exténué, esquinté, lessivé - des tas de trucs en é -  que je n’ai même plus la force de rêver... Oui, j’ai l’imagination figée, un peu comme celle de mon cher ami Albert Algoud, quand sur le point d’écrire un sketch, il lui arrive de se retrouver complètement à court d’idée... 

Alors, comme lui, dans ce cas-là, pour rêver, je me raccroche à ce que je peux... Par exemple, je consulte le calendrier républicain que m’a offert mon cousin Jack, dont je partage les convictions, elles aussi résolument républicaines. Et cette nuit, j’ai vu que le 27 avril ou  huitième jour du mois de Floréal, était « le jour du champignon »...

Le champignon, bon sang, mais c’est bien sûr ! J’avais la solution à ma pénurie onirique... Je me précipitais à la cuisine pour me préparer une omelette bien baveuse aux psylocybes guatémaltèques et à l’ergot de seigle... Et quand je mange une omelette bien baveuse aux psylocybes guatémaltèques et à l’ergot de seigle, je suis défoncé comme un parcmètre par des enfants moldaves. Et quand je suis défoncé comme un parcmètre par des enfants moldaves, je m’endors. Et quand je m’endors, je rêve.

Dans mon rêve, alors que j’errais dans les couloirs de France Inter dont les parois mouvantes s’illuminaient de lumières psychédéliques, je rencontrais Jean-Jean-Pierre Coffe, le cousin du regretté gastronome...celui-ci semblait désemparé, ddésœuvré, ddésœuvré, désorienté...des tas de truc commençant par « Dé » et finissant par « é »...

-Mon cher Jean-Jean-Pierre-Coffe, qu’est-ce qui vous arrive ? Vous, d’habitude si réactif ! Vous toujours une grosse queue de casserole à la main, mon cousin, vous voilà bien oisif...

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.