Le maréchal Ganache se réjouit de la venue Laetitia Dosch et Félix Moati pour le film "Gaspard va au mariage", film se déroulant en partie dans un Zoo. D'autant que Laetitia avait, dans une autre vie, monté un cabaret de femmes à barbe, ce qui a fait remonté des souvenirs vivaces chez notre Maréchal en CDI.

Nagui : J’espère, Maréchal Ganache,  que vous savez pourquoi nous recevons  Laetitia Dosch et Félix Moati ?

Le Maréchal Ganache : Affirmatif, mon cher Nagui ! Vous avez peut être oublié que j’ai vu le film avec vous, et c’est même moi qui vous ai réveillé avant la fin de la projection, car  vos ronflements commençaient à m’incommoder sérieusement !

Au début quand vous faisiez, je cite : "RRRRRRRRRRR" alors je sifflais. Comme ça ne suffisait pas, j’ai dû vous pincer, en criant « Faites du Bruit ! » et là effet immédiat : vous  êtes sorti du coma en hurlant : « Hein, quoi ? ... Bloquez-vous les paroles ? »    

Je vous alors demandé comment vous alliez faire pour interviewer Laetitia Dosch et Félix Moati sur ce huis clos animalo-familial, sensible et déjanté qui évoque la fin de l’enfance avec véracité et loufoquerie. Avec un aplomb admirable, vous m’avez répondu que les fiches de Ji & Bi, le rédac’ chef - souffre douleur de la Bande Originale, étaient là pour ça… Et vous avez ajouté « De toute façon, j’ai horreur des zoos, et j’espère que pour une fois la bande de macaques qui m’entoure fera son boulot en posant des questions dans un français correct. »

Pour ma part, je suis heureux de vous rencontrer Laetitia Dosch, car naguère vous avez monté un cabaret de femmes à barbe, ce qui ne peut que vous rendre sympathique à mes yeux. Et cela me reporte à une des époques les plus douloureuses de ma carrière de soldat. C’était à  Vichy en 1944. Je m’apprêtais à quitter la ville, caché dans une roulotte du cirque Kollabo, quand  soudain le directeur qui était lanceur de haches autour d’une cible vivante, surgit en criant : « Ma main à tremblé,  je viens de décapiter la femme à barbe, qui me sert de cible vivante ! Ganache, vous allez la remplacer ! » Je précise qu’à l’époque je m’étais laissé pousser la barbe pour fuir Vichy incognito. J’enfile donc la robe de la femme à barbe et j’entre en piste...

« Mesdames, Mesdemoiselles, Messieurs, revoici, la cible vivante la plus poilue du monde !  Madame Ganacha ! Faites du bruit  pour la remercier d’être velue ! »

Les haches ont commencé à se planter autour de moi ! Je ne suis pas une flipette, mais par réflexe je me suis accroupi, la jupe sur la tête, tournant le dos au lanceur... Douleur atroce !  En plein dans le fondement ! Le médecin major Mengele qui m’avait rejoint la veille, déguisé  en cracheur de feu a alors cautérisé la plaie en crachant des flammes dessus. Voilà pourquoi je dois vous quitter, car depuis, je ne peux rester  assis plus de trois minutes…Bonne émission quand même.

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.