Quand la langue française fait eaux de toutes parts…

De la mondialisation au supposé traité transatlantique, une des premières victimes est la langue française. Même si le monde entier parle un anglais approximatif bien loin d’Oxford, il n’en reste pas moins que notre langue est entrée en résistance grâce à des défenseurs.

Interview de Alain Borer, poète et grammairien, auteur de « De quel amour blessé » disponible chez Gallimard depuis le 2 octobre

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.