Dans les années 1980, s’est amorcé le déclin des petites gares en Italie.

la gare de Revin
la gare de Revin © Radio France / Gaylord Van Wymeersch

Elles sont près de 1900 à l’abandon. Pour renverser ce mouvement, ces lieux sont mis à la disposition d’associations qui en font la demande. L’entreprise publique ferroviaire italienne les propose en priorité aux associations culturelles ou solidaires. A ce jour, plus de 500 gares ont retrouvées ainsi une activité…

Interview de Gian Paolo Accardo, journaliste au Courrier International

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.