La montée dans les sondages du parti radical de gauche Syriza n’est pas étrangère à l’ inquiétude qui plane sur le monde bancaire. Le parti qui remet en cause les plans d’austérité souhaite en effet une renégociation de la dette. Les Grecs sont fatigués de ne pas voir d’amélioration malgré les efforts réalisés. C’est dépité qu’ils iront aux urnes dimanche.

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.