A Athènes, la pollution de l’air à cause de la circulation a disparu faute de voitures. Des milliers de grecs ont rendu leur carte grise parce qu’ils ne pouvaient plus supporter les couts de leurs voitures.

L’air n’est pas plus respirable pour autant, cette pollution a été remplacé par celle du feu de bois.

Interview de Stephano Mavrokordatos

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.