Depuis la rentrée, les manifestations en tous genres se multiplient à Athènes.

Mardi dernier, le principal syndicat de la fonction publique appelait à manifester contre le plan de mutation et de suppression de postes touchant 25 000 emplois dans le secteur public.

Mercredi, 10.000 personnes descendaient dans les rues pour témoigner de leur indignation suite au meurtre du chanteur rap Pavlos Fyssas par un membre du parti nazi Aube Dorée.

Samedi matin, Nikolaos Michaloliakos, le fondateur du mouvement, et plusieurs autres députés de ce parti étaient arrêtés.

Dans ce contexte, le gouvernement grec peine à faire appliquer ses réformes.

Interview de la journaliste Alexia Kefalas, à Athènes

grève dans le secteur public en grèce
grève dans le secteur public en grèce © reuters
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.