Je ne me souviens même pas du visage de l’enfant, seulement qu’il avait une salopette rouge, c’est étrange la mémoire... Bref, on doit être en 2010. Il a six ou sept ans. J’ai regardé, le prénom le plus donné en 2003 est : Lucas.

"Je n’ai pas oublié, et si je n'ai pas les moyens de la Century Fox où de Disney, je peux écrire une chronique, de cette mère allongée, et de son petit garçon, Lucas peut-être, qui lui sauve la vie."
"Je n’ai pas oublié, et si je n'ai pas les moyens de la Century Fox où de Disney, je peux écrire une chronique, de cette mère allongée, et de son petit garçon, Lucas peut-être, qui lui sauve la vie." © Getty / George Coppock

Le visage d’aujourd’hui est celui de cet enfant dont j’ai oublié le prénom. A l’époque j’ai quoi ? 24, 26 ans ? Je viens d’intégrer le SAMU pour un stage d’une durée de six mois. On est appelé sur une perte de connaissance. Une mère et son fils étaient au bord d’un lac, elle lisait, lui était sur ses genoux, endormi.

Je ne me souviens même pas du visage de l’enfant, seulement qu’il avait une salopette rouge, c’est étrange la mémoire...

Bref, on doit être en 2010. Il a six ou sept ans. J’ai regardé, le prénom le plus donné en 2003 est : Lucas. Voilà comment il s’appelle dans ma tête : prénom Lucas, nom de famille : peut-être. On arrive, la mère est couchée sur le côté, en position latérale de sécurité, inanimée. 

Elle a une maladie génétique, son entourage est au courant, son fils est au courant, elle a fait un malaise hypoglycémique

Quand le petit garçon s’est réveillé de la sieste, et qu’elle n’a pas réagi à ses questions, il a essayé de la réveiller. 

Il faut le savoir : le coma hypoglycémique c’est assez impressionnant, très dangereux, mais que si on arrive à temps, et qu’on « ressucre » la personne à temps, elle peut refaire surface presque aussi rapidement qu’elle s’est évanouie.

Eh bien ce petit garçon dont j’ai oublié le prénom, du haut de ses six ou sept ans je ne sais plus, ce petit gars est allé trouver des passants, leur a dit qu’il y avait un problème avec sa maman, qu’il n’arrivait plus à la réveiller.

On peut être un héros à n’importe quel âge, et sans avoir besoin de cape, sans avoir besoin de masque, le temps fait son œuvre

J'ai oublié ton visage, mais j’espère que tu es heureux, et quand je pense à toi, j’ai le visage de captain America où Superman qui se superpose au tien. Marvel Et DC Comics ne réaliseront jamais de films sur ce que tu as fait pour ta mère qui avait ce problème génétique. 

Mais moi je n’ai pas oublié, et si je n'ai pas les moyens de la Century Fox où de la Disney Company, je peux écrire une chronique, parler de ce lac, de cette mère allongée, et de son petit garçon, Lucas Peut-Être, qui lui sauve la vie.

Bravo Lucas !

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.