Je me demande comment les enfants, les petits surtout, appréhendent ce qui arrive en ce moment. Comment le port du masque, y compris chez les adultes, comment les explications autour de la pandémie, comment tout ça va structurer leur imaginaire et stimuler en positif comme en négatif leur imagination.

Les enfants et le coronavirus
Les enfants et le coronavirus © Getty / Juanmonino

J’ai eu la réponse l’autre matin.

Elle s’appelle Lila, elle a 5 ans, deux couettes brunes, elle est vaillante, n’a jamais peur de moi, avec ou sans masque avec ou sans blouse, et du haut de son jeune âge tient à me faire remarquer deux choses en entrant dans mon bureau l’autre jour :

- de un, elle est en pleine forme.

- de deux, elle veut savoir où sont les jouets habituellement disposés en salle d’attente.

Son père sourit, lui explique que c’est à cause du coronavirus, que le docteur ne peut plus laisser traîner les jouets en salle d’attente, sinon tous les enfants y touchent et le virus circule dans les familles.

De sa petite voix résolue, Lila lui répond :

« Moi, je l’assomme, le corona. »

— Ah et tu vas faire comment Lila ?

Elle lève une main tenant un instrument imaginaire :

— Je prends un petit bâton avec des piquants au bout et je l’assomme.

— Il a une tête le coronavirus ?

Elle écarte grand ses bras :

— Oui, papa. Un gros corps, avec des ailes.

— Et tu vas t’y prendre comment ?

— Je lui fais un croche patte. 

— Il a des pattes ?

— Bien sûr que oui, il a des pattes. Et quand il est tombé, CHLAH ! Je l’écrase avec le pied.

Là, Lila tape du pied par terre avant de demander :

« Et comme ça, quand ce sera fait, vous remettrez les jouets en salle d’attente ? »

L’instant d’après, elle essaie une paire de gants médicaux, « pour tenir le bâton avec les piquants au bout ».

Puis elle est partie avec son père assommer le coronavirus pour faire revenir les jouets qu’elle aime tant en salle d’attente.

À chacun ses espérances : les adultes veulent le retour du monde d’avant, avec les théâtres, les cinémas, les restaus entre amis, les enfants veulent... ce que veulent les enfants.

C’est rassurant : pour les enfants, le monde d’après obéit au même sens des priorités que le monde d’avant.

Tout n’est pas à désespérer.

Point COVID 

Oui on a beaucoup parlé d’un certain documentaire de presque 3h circulant sur les réseaux et qui mélange un peu toutes les théories du complot autour du coronavirus. Je ne veux pas donner son nom pour ne pas lui faire de pub. 

Je sais pas trop quoi ajouter pour démystifier ce reportage qui n’aurait pas été dit par les journalistes de Libération ou Monde avant moi (ils ont écrit de très très bons articles sur le sujet en répondant point par point à toutes les affirmations erronées du documentaire).

J’exhorte vraiment les gens à faire preuve de sens critique.

Je donne un exemple : parmi les différentes personnes interviewées, on nous présente dans le documentaire un docteur en biologie moléculaire et ses thèses complotistes.

J’ai tapé le nom de ce docteur en biologie moléculaire sur Google.

Il n’est plus médecin, il s’est reconverti dans la fabrication de jus de légumes pour guérir le cancer et évidemment il vend ses livres de recettes miraculeuses à des personnes pour qui la médecine ne peut plus rien faire.

Un marchand d’espoir, en quelque sorte. Tout ce que je vous dis est accessible en deux clics sur internet.

Un autre intervenant présenté comme lanceur d’alerte défend l’idée depuis de longues années que la lune est un satellite artificiel totalement creux.

Une autre interviewée est présentée comme « spécialiste en psychologie », a écrit un essai intitulé « L’imposture des droits sexuels » où elle explique que les féministes et les personnes LGBT s’apprêtent, sous couvert de lutte pour leurs droits civiques, à instaurer un gouvernement pédo-satanique mondial. 

Faut quand même que les gens sachent : ce documentaire part tellement dans tous les sens, que des complotistes plus complotistes que les complotistes en arrivent à dire que c’est probablement un faux documentaire créé par les puissances cachées qui tirent les ficelles du monde pour discréditer les complotistes en les ridiculisant.

« Ce virus est un mensonge et ne tue presque personne d’ailleurs ils gonflent les chiffres des morts. »

On passe à :

« C’est un genocide silencieux ils veulent se débarrasser des vieux et des pauvres improductifs. »

Décidez-vous.

Ce qui me gêne c’est qu’on passe de « on applaudit tous les soignants » à « les soignants mentent les hôpitaux sont vides »

Si c’est pour dire ça, taisez-vous c’est mieux.

Vraiment, quand vous entendez ou voyez quelqu’un parler, cherchez qui il est, d’où il parle, et surtout qu’est-ce qu’il a à vous vendre. 

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.