En parlant du cœur des femmes, Baptiste Beaulieu a souhaité partager l'histoire d'une lectrice qu'il a surnommée Amélie, 19 ans, qui lui confiait comment son cœur défaillait à chaque fois qu'elle devait mettre le pied dans une piscine. Jusqu'à ce qu'une formidable rencontre ne change sa vie et ne chasse sa phobie.

L'émerveillement des enfants : une vertu qui peut vous aider à soulager votre cœur
L'émerveillement des enfants : une vertu qui peut vous aider à soulager votre cœur © Getty / AzmanL

Ma phobie, c'est l'eau, et pire que tout, l'apnée sous l'eau. J'ai l'impression que je vais mourir dans la seconde.

- Amélie

Son cœur se met à battre vite, fort ; sa respiration s'accélère et le hasard faisant très, très mal les choses, Amélie étudie pour devenir professeure de sport et elle sait que cette phobie va l'handicaper au quotidien. Jusqu'au jour où on lui propose un petit boulot étudiant : amener un petit de 3 ans à l'espace bébé, pour barboter avec lui, puis le ramener à la maison. 

Elle, elle a besoin d'un petit boulot et celui-ci la force, entre guillemets, à relever le défi de sa phobie tout en étant payée. Alors, elle y va, persuadée qu'elle n'aura qu'à tenir un tout petit bébé en ayant de l'eau à la taille 30 minutes et puis basta. 

Évidemment, l'histoire manquerait de piment car le petit adore mettre la tête sous l'eau. Donc, Amélie passe le premier cours à l'imaginer en train de se noyer et si elle se retient de le montrer à chaque fois, son cœur s'arrête quelques secondes, puis s'emballe, et c'est la tachycardie assurée. 

Il passait vraiment tout son temps à mettre la tête sous l'eau mais le truc, c'est qu'avec ce gamin, on s'est aimé tout de suite ! 

"Je ne sais pas comment l'expliquer, en quelques minutes à peine, on s'est trouvés, on s'est adoptés, on sautait la cloche, puis sur les flaques et on faisait des tours de lampadaire pour rigoler !" m'écrit-elle.

Du coup, elle assure le job : toutes les semaines, évidemment, le petit met la tête sous l'eau, puis un jour, évidemment, ça allait arriver, il demande à sa nounou de lui faire des coucous sous l'eau. Le cœur d'Amélie tambourine à fond et, pourtant, elle fait tout pour que le petit n'y voit que du feu. 

Elle y arrive pour lui. Elle met la tête sous l'eau quelques secondes, quelle victoire ! 

Puis le rituel s'installe : chaque semaine, ils se font des coucous sous l'eau. D'abord une fois, puis deux, puis cinq… Pendant trois ans. 

Quand Amélie retombe dans un bassin, mais seule cette fois-ci et pour ses études, "ce sera le jour et la nuit", me confie-t-elle. Son cœur bat normalement, sa peur a disparu, elle a littéralement vaincu sa phobie. 

On se demande ce qu'on peut faire pour protéger son cœur ? Si Amélie était sur le plateau, elle nous conseillerait de tout miser sur la naïveté et l'émerveillement des enfants

L'équipe