Alors voilà un an que je relaie des récits de patientes et patients sur cette antenne et je voulais terminer la saison par un témoignage qui me tient particulièrement à cœur, celui de Baptiste.

Baptiste est un petit garçon de sept ans qui zozote. Quand il parle tous les autres enfants se moquent. Alors il reste dans son coin et se tait.

Eh bien une femme va lui sauver la vie : elle s’appelle Françoise. Elle est orthophoniste.

Je crois que l’enfance du petit Baptiste aurait été vraiment merdique sans les efforts de Françoise, la patience de Françoise, la bienveillance de Françoise, les appareils compliqués de Françoise, vous savez ces appareils pour apprendre à positionner correctement sa langue sur le palais.

Bref, le petit Baptiste a réussi à parler normalement, les autres enfants ont arrêtés de se moquer (apparté : vous avez remarqué comme on dit « les enfants sont siiiiii méchants entre eux », comme si ça allait mieux ensuite, en grandissant, et que les adultes témoignaient plus de bienveillance les uns envers les autres. Total bullshit !).

Bref. Il y a des milliers, des Françoise en France.

Vous savez combien d’enfants sont concernés par les troubles du langage et de l’apprentissage, Ali ?

5% !

C’est l’une des premières causes de décrochage scolaire et d’isolement chez les jeunes.

Ça me paraissait important, pour ma dernière chronique de la saison, de rendre hommage à toutes les orthophonistes du monde et surtout, aussi, de prévenir les gens : grâce à ces soignantes, votre enfant peut mal tourner, et se retrouver à France Inter où il parlera de la vie des patients au micro tous les lundis, et finira la saison en remerciant le big boss Ali, la génialissime Alexia, les fantastiques David, Claire, Stéphanie, Laura, Théo, Nicolas, etc . Et remercier les auditeurs qui ont permis au petit Baptiste qui avait 7 ans de régler ses comptes avec sa voix, et à enfin positionner la langue comme il faut, là, parfaitement sur le palais.

Alors merci à tous, merci à toutes, et merci aux Françoise.

L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.