Aujourd’hui, la stratégie de communication assez déroutante des autorités chinoises en France...

Oui et déjà rappeler le cas du chercheur français Antoine Bondaz qui a été littéralement trainé dans la boue par l’ambassade de Chine en France pour son travail critique sur la politique chinoise. Il a été qualifié de « petite frappe » sur Twitter et même de « hyène folle ». Une façon grossière d’intimider un citoyen français sur le sol national. Mais ce n’est pas la première fois que l’ambassade relaye des propos extrêmement polémiques...

L'équipe
  • Tristan Mendès FranceEnseignant dans le domaine du numérique et collabore à l’Observatoire du conspirationnisme
Contact