C’est un rapport entré dans l’histoire et sorti des archives, celui du préfet Marc-Paul Freund-Valade. Trois jours après le massacre du chef-lieu centre du village d’Oradour-sur-Glane, ce haut-fonctionnaire arrive sur place et fait le constat de la barbarie des agresseurs…

Photo prise après le 10 juin 1944 à Oradour-sur-Glane montrant les ruines du village, où le massacre nazi fit 642 victimes.
Photo prise après le 10 juin 1944 à Oradour-sur-Glane montrant les ruines du village, où le massacre nazi fit 642 victimes. © AFP

Ce premier témoignage permet de comprendre la surprise d’un serviteur du régime de Vichy, partisan de la collaboration avec l’Allemagne, qui découvre la barbarie nazie. 

▶︎ Tout l’été, Fabrice d'Almeida, vous plonge dans l’histoire, grâce à des dossiers sortis des archives du ministère des Armées, souvent inédites, parfois secrètes, mais toujours surprenantes. De quoi regarder différemment des événements historiques grands ou petits, et mieux comprendre le monde qui nous entoure. 

▶︎ 40 émissions à écouter, à podcaster et à lire bientôt dans un livre en partenariat avec les éditions Gallimard et le ministère des Armées : "Archives secrètes des Armées"

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.