C’est une carte au 250 000e de la région parisienne. Elle recense des sites susceptibles de résister à une attaque nucléaire. En ce début de guerre froide, les militaires effectuent ce recensement pour trouver des lieux capables d’accueillir l’ensemble des administrations, ministères et la présidence de la République.

Le président Valéry Giscard d'Estaing dans le poste de commandement de la force nucléaire Jupiter, dans les sous-sols du palais de l'Elysée, 1980, Paris
Le président Valéry Giscard d'Estaing dans le poste de commandement de la force nucléaire Jupiter, dans les sous-sols du palais de l'Elysée, 1980, Paris © Getty / Bernard CHARLON / Contributeur

À cette époque, sous le palais de l’Elysée, on ne souhaite pas utiliser le vieil abri construit à la veille de la Seconde Guerre mondiale. Cela viendra sous la présidence de Valérie Giscard-d’Estaing.

▶︎ Tout l’été, Fabrice d'Almeida, vous plonge dans l’histoire, grâce à des dossiers sortis des archives du ministère des Armées, souvent inédites, parfois secrètes, mais toujours surprenantes. De quoi regarder différemment des événements historiques grands ou petits, et mieux comprendre le monde qui nous entoure. 

▶︎ 40 émissions à écouter, à podcaster et à lire bientôt dans un livre en partenariat avec les éditions Gallimard et le ministère des Armées : "Archives secrètes des Armées"

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.