L’expédition au Mexique sous le Second Empire est souvent connue pour la bataille de Camerone où les légionnaires permirent de tenir le siège de Puebla. Des dessins inédits d’un soldat français permettent de corriger le regard sur la guerre du Mexique et en particulier sur la prise de la ville.

Des régiments français comprenant des zouaves devant le fort San Xavier lors du siège de Puebla (mars 1863). Jean Adolphe Beauce (1818-1875), 1867
Des régiments français comprenant des zouaves devant le fort San Xavier lors du siège de Puebla (mars 1863). Jean Adolphe Beauce (1818-1875), 1867 © AFP / Photo Josse / Leemage

Fabrice d'Almeida est allé retrouver des dessins produits par un soldat français qui permettent de regarder autrement la guerre du Mexique entreprise par la France entre 1861 et 1867, tout particulièrement dans le cadre du siège de Puebla où les escadrons étrangers ont joué un rôle crucial dans les avancées des forces françaises sur place.  

Souvenirs de la bravoure des soldats étrangers lors de la campagne mexicaine 

Le Second empire, emmené par Napoléon III, profite de la terrible guerre de sécession dans laquelle sont plongés les Etats-Unis pour ingérer dans les affaires mexicaines et tenter de mettre en place un régime conservateur mexicain qui soit favorable aux intérêts français. L'empire cherche à se réimplanter dans le continent en appuyant un groupe de réactionnaires hostiles à la république du Mexique. 

Sur ces dessins d'archives, on y voit des soldats noirs et arabes lutter contre des Indiens

Une illustration de la mondialisation au service des empires qui permet de redonner toute son importance à l'engagement des régiments étrangers, aux côtés des troupes régulières françaises de la légion étrangère. Alors que les forces militaires coloniales étaient fort peu considérées au moment des faits, cette archive invite à redonner toute leur place à ces unités étrangères ; à se demander depuis quand elles sont mobilisées au service de l'empire français ; à exprimer leur bravoure qui a véritablement permis au Second empire de remporter de nombreux succès militaires pendant cette campagne d'Afrique. 

La naissance des régiments étrangers 

Il faut remonter à 1830, au moment de la conquête de l’Algérie, pour que les premières unités d’infanterie de zouaves soient créées en Afrique. Puis se sont les bataillons de tirailleurs algériens qui sont progressivement engagés lors de différentes campagnes du second Empire que cela soit en Crimée, en Italie puis au Mexique grâce à laquelle ils intègrent la Garde impériale en 1863. 

S'ils font partie intégrante de l’armée française, ceux qui furent surnommés "Turcos" ou encore "Spahis" (pour le corps de cavaliers étrangers), cette archive témoigne de leur ardeur au combat et du rôle fondamental, trop souvent méconnu, qu'ils ont joué au cours des offensives militaires françaises de l'époque. 

▶︎ Tout l’été, Fabrice d'Almeida, vous plonge dans l’histoire, grâce à des dossiers sortis des archives du ministère des Armées, souvent inédites, parfois secrètes, mais toujours surprenantes. De quoi regarder différemment des événements historiques grands ou petits, et mieux comprendre le monde qui nous entoure. 

▶︎ 40 émissions à écouter, à podcaster et à lire bientôt dans un livre en partenariat avec les éditions Gallimard et le ministère des Armées : "Archives secrètes des Armées"

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.