Vincent Ségal
Vincent Ségal © Radio France / Arditti

Ne vous fiez pas à cette voix nonchalante. Ne vous fiez pas non plus à ce regard discret. Quand tout à l'heure Vincent Ségal va sortir son violoncelle ou ses disques qui bougent, il ne se fera pas prier pour entrer dans la danse.

Du violoncelle classique au violoncelle électrique, de la guitare au piano parfois, on entend bien que c'est la singularité qu'il cultive et sa curiosité musicale qui font de Vincent Ségal ce qu'on appelle un peu vite "un touche à tout très demandé" – puisqu'il joue pour Matthieu Chédid, Césaria Evora, Ben Harper, Elvis Costello ou Marianne Faithfull.

Nous sommes dans son "local", comme il dit, une pièce minuscule qui s'ouvre sur sa cour d'immeuble, et dont les murs de pierre sont couverts de disques. Tout à l'heure en fin de matinée, Vincent doit filer rejoindre "Alexandre", Alexandre Desplats, le compositeur de musiques de films. Alors je demande à Vincent Ségal à quand remonte-t-elle, cette collaboration-là...

H.M.

A la fin de l'émission, Vincent parcourt la compilation de remixes par Ed Case "Sound of the pirates 2" (Delabel, 2001).

Vincent Ségal enregistre actuellement un nouvel album de Bumcello. On retrouve la magie de ses concerts avec Ballaké Sissoko dans leur disque "Chamber Music".

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.