Parmi les grands personnages de la Révolution, Anne-Josèphe Terwagne, dite Théroigne de Méricourt, fut non seulement méprisée en son temps, mais également calomniée. La fiction de Hervé Leuwers, réalisée par Baptiste Guiton, est commentée par l'historienne, Dominique Godineau, qui s'entretient avec Stéphanie Duncan.

Portrait de Théroigne de Mericourt (1762-1817), révolutionnaire française, Gravure issue de "Histoire des Girondins" de Alphonse de Lamartine
Portrait de Théroigne de Mericourt (1762-1817), révolutionnaire française, Gravure issue de "Histoire des Girondins" de Alphonse de Lamartine © AFP / Bianchetti / Leemage

En mai 1789, la nouvelle court dans toute l’Europe : le roi de France a convoqué les États Généraux, et le Tiers-Etat, qui représente la Nation, va enfin prendre la parole pour se proclamer Assemblée nationale et donner à la France une Constitution. 

Parmi les grands personnages de la Révolution : Théroigne de Méricourt.

Un vent de liberté souffle en France, comment résister à l’appel ? Anne-Josèphe Terwagne, dite Théroigne de Méricourt, ne résiste pas, « persuadée, dit-elle, que la justice et le bon droit sont du côté du peuple ».  

Cette fille de paysans de la région de Liège qui, à 27 ans, a déjà un long passé d’aventure, quitte l’Italie où elle vit alors, pour Versailles, et s’engage avec enthousiasme dans la Révolution française

D’abord en auditrice assidue de l’Assemblée nationale, cette féministe avant la lettre, fière dans son habit d’amazone, ose prendre à son tour la parole pour réclamer l’égalité

Brisons nos fers, il est temps enfin que les femmes sortent de leur honteuse nullité où l’ignorance, l’orgueil et l’injustice des hommes les tiennent asservies depuis si longtemps 

Mais Théroigne de Méricourt, comme la plupart des femmes qui ont l’audace de faire entendre leur voix, sera bientôt balayée par la folie révolutionnaire, moquée, violentée, internée, calomniée

« Pute patriote, catin du peuple, bacchante sanguinaire, amante du carnage ». Rien ne lui sera épargné. 

Théroigne de Méricourt

J’étais femme, voilà le grand inconvénient aux yeux de l’autre sexe.

Portrait de Theroigne de Mericourt (1762-1817) révolutionnaire française, Gravure, 1847.
Portrait de Theroigne de Mericourt (1762-1817) révolutionnaire française, Gravure, 1847. © AFP / Bianchetti / Leemage

L'invitée

Dominique Godineau, historienne, professeure à l’université de Rennes, est l'auteur de Citoyennes tricoteuses, les femmes du peuple à Paris pendant la Révolution française, paru aux éditions Perrin.

Les livres

  • Dominique Godineau (contribution) Dictionnaire des Féministes, dirigée par Christine Bard (chez PUF)
  • Christine Le Bozec, Les Femmes et la Révolution (éditions Passés composés)   

La fiction 

Théroigne de Méricourt, l’amazone de la Révolution française, une fiction radiophonique de Hervé Leuwers, réalisée par Baptiste Guiton.

Avec les voix de :

  • Théroigne de Méricourt : Juliette Allain
  • Pétion : Nicolas Gonzalès
  • Romme : Olivier Balazuc
  • Maynard : Antoine Sastre
  • Stephanette Martelet, Charlotte Gouillon, Pierre-Benoît Varoclier et Paolo Handel

Ainsi que l'équipe de réalisation :

  • Bruitages : Benoît Faivre
  • Prise de son, montage, mixage : Bernard Lagnel, Manon Houssin
  • Assistant à la réalisation : Pablo Valero
  • Réalisation : Baptiste Guiton

La musique

  • Agnes Obel - Island of Doom
  • Autant en emporte l'histoire, votre émission des fictions de France Inter, possède son générique original, composé par le musicien Clément Ducol.
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.