C’était il y a un siècle, les années 1920-1930, l’âge d’or de la mode à Paris. L’époque aussi où les femmes dominent la haute couture.

Madeleine Vionnet
Madeleine Vionnet © Getty

Leurs noms font rêver : Coco Chanel, Jeanne Lanvin, les sœurs Callot, Alix (future Madame Grès), Jeanne Paquin, Elsa Schiaparelli… Et bien sûr, la plus audacieuse, la plus révolutionnaire, et sans doute aussi la plus discrète : Madeleine Vionnet. 

Les chemins de la renommée sont mystérieux : celle qui dans les années 20 symbolise l’élégance absolue, la pureté de la ligne, une féminité à la fois moderne et intemporelle, sera totalement oubliée après-guerre pendant les Trente glorieuses, avant d’être redécouverte dans les années 80 et de devenir LA référence pour des créateurs comme Yamamoto, Azzedine Alaia ou Jean-Paul Gaultier. 

Si aujourd’hui les robes de Madeleine Vionnet, féériques et luxueuses, appartiennent à un autre monde que le nôtre, il n’empêche : nous lui devons beaucoup. C’est elle qui avant même la guerre de 14 libère les femmes du corset et invente des vêtements pour des corps et des esprits, en mouvement et libres.

Notre invitée est Sophie Kurkdjian, historienne de la mode, elle enseigne à l’Université américaine de Paris. Autrice de "Géopolitique de la mode" aux éditions Le Cavalier Bleu, elle a participé au "Bouquin de la mode", dirigé par Olivier Saillard (chez Robert Laffont, collection Bouquins).

Fiction 

"Madeleine Vionnet ou la Haute couture libre" de Christine Spianti

Avec

  • Madeleine Vionnet : Céline Millat-Baumgartner
  • Liane de Pougy : Armelle
  • Léonie : Maud Forget
  • Jacques Doucet : Jean-Luc Vincent
  • Marcelle Chaumont : Chloé Chevalier
  • Fred : Alizée Soudet
  • Bruitages : Bertrand Amiel
  • Prise de son / montage et mixage : Marie Lepeintre et Pierre Henry
  • Assistante à la réalisation : Claire Chaineaux
  • Réalisation : Sophie-Aude Picon
  • CD : The Strokes "The adults are talking"
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.