Jack Johnson, le boxeur Noir qui divisa l'Amérique, est devenu champion du monde des poids lourds dans le combat du 4 juillet 1910. Mais l'Amérique blanche n'est pas prête à pardonner à ce Noir... La fiction de Marjorie Philibert évoque ce "combat du siècle"… L'invité de Stéphanie Duncan est Nicolas Martin-Breteau.

Le boxeur Jack Johnson en 1910
Le boxeur Jack Johnson en 1910 © Getty / Hulton Archive

Le 4 juillet 1910, à Reno, dans le Nevada. Il en faut du cran à Jack Johnson pour monter sur le ring. Devant lui : 18 000 spectateurs, presque tous blancs, venus de partout assister au "combat du siècle"Ils crient, hurlent leur soutien à leur champion blanc, Jim Jeffries, et couvrent d’insultes racistes son adversaire noir, qui, avant le match, a reçu des menaces de mort en cas de victoire. Mais Jack Johnson semble inébranlable. Il est le meilleur, il le sait. Et il est venu pour gagner. 

En confortant ce jour-là son titre de champion du monde poids lourds, jusqu’à lui réservé aux blancs, Jack Johnson va briser le tabou de la supériorité blanche et soulever chez les Noirs américains un souffle de fierté et de révolte. 

Mais l’Amérique blanche n’est pas prête à pardonner à ce Noir qui, en plus, ne baisse pas les yeux : il aime l’argent, la célébrité, les belles fringues, collectionne les voitures de luxe, et les femmes. Blanches surtout. Autre tabou qui vaudra à Jack Johnson l’exil et la prison.  Lui qui n’aspirait qu’à une chose : être reconnu en tant qu’homme libre.    

L'invité

Notre invité est Nicolas Martin-Breteau, Maître de conférences en histoire et civilisation des États-Unis / Associate Professor in U.S. History-Université de Lille.

Il a écrit une thèse intitulée Corps politiques : sport et combat civiques des Africains-Américains à Washington, D.C., et Baltimore (v. 1890 - v. 1970)

Vous pouvez également consulter son texte sur le racisme et les sportifs Africains-Américains : Un 'laboratoire parfait' ? Sport, race et génétique : le discours sur la différence athlétique aux Etats-Unis (Sciences sociales et sport, 2010 - accès libre) 

La fiction

Jack Johnson, le boxeur noir qui divisa l'Amérique, une fiction de Marjorie Philibert dans une réalisation de Pascal Deux.

Avec les voix de :

  • Jack Johnson : Namakan Koné 
  • James Jeffries : Matthieu Rauchvarger 
  • Tex Rickard : Philippe Beauthier 
  • Etta Duryea : Marik Renner 
  • Le pasteur noir : Augustin Ruhabura 
  • L’avocat : Vincent Nemeth 
  • Le journaliste : Jean Rieffel 
  • Le patron du "dîner" : Norbert Ferrer 
  • L’employé du train : Souleymane Sylla 
  • Et la voix d’Othello Vilgard

Et l'équipe de réalisation :

  • Bruitages : Sophie Bissantz
  • Enregistrement, montage et mixage : Julien Doumenc, Antoine Viossat
  • Assistante à la réalisation : Sophie Pierre
  • Réalisation : Pascal Deux

Pour en savoir plus

La vidéo de ce combat du 4 juillet 1910, à Reno dans le Nevada : extraits, commentés en anglais par le Smithsonian Institute.

Ou une version plus longue de cette vidéo.

Le documentaire Jack Johnson, le champion qui divisa l’Amérique diffusé sur Arte, dans Les Mercredis de l’Histoire en 2008 : Unforgivable Blackness : The Rise and Fall of Jack Johnson de Ken Burns.

Le Site, à lire en complément du documentaire (en anglais).

Un site sur la vie de Jack Johnson : Learn about Jack Johnson's life, career and legal troubles by following the links below (en anglais)

Quelques livres

  • Black America : Une histoire des luttes pour l'égalité et la justice - XIXe-XXIe siècle, de Caroline Rolland-Diamond (Éditions La Découverte)
  • Ring noir, de Claude Meunier, chez Plon.

Quelques documents sonores

Sur France Culture, une émission en deux parties, avec la participation de Nicolas Martin-Breteau : Jack Johnson, la couleur de l’orgueil

La musique

Blue Light de Jorja Smith

Pour communiquer

Les invités
Programmation musicale
  • JUNIORE

    Magnifique

    2018

Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.