Dans le Paris de la Belle Époque, Anna Estorges, dite Rirette Maîtrejean, découvre le milieu anarchiste individualiste. L'écrivain Patrick Pécherot a écrit ici une fiction historique et romanesque où apparaît aussi l'épopée de la bande à Bonnot.

Imaginez une grande maison au milieu d’un jardin planté d’arbres où, au printemps, fleurit le lilas… Des hommes, des femmes, quelques enfants y habitent… Une vingtaine en tout… Certains travaillent la terre dans les jardins potagers… D’autres s’activent à imprimer et à tirer un journal sur une presse à bois… Mais ici qu’on soit rédacteur ou jardinier, homme ou femme, tous sont égaux et chacun a droit à la nourriture et au logement. Et pas question d’argent entre eux. De l’autre côté des murs, l’argent est roi. Ici, il n’existe pas ! Où sommes-nous donc à votre avis ? Dans un jardin participatif ? Dans une communauté hippie des années 1970 ?

Rirette Maîtrejean
Rirette Maîtrejean © Radio France

Non. Nous sommes en 1911, à Romainville, dans la banlieue de Paris, et cette belle maison est le siège du journal L’Anarchie, dirigé alors par l’étonnante Rirette Maîtrejean. La vie y est-elle aussi idyllique, aussi pacifique qu’elle en a l’air ? Sur un mur du jardin, une silhouette humaine, peinte au pochoir, sert de cible pour les exercices de tir au revolver… En tout cas, à la fin de l’année 1911, un élément extérieur, un certain Jules Bonnot, va semer le trouble dans la communauté, en entraînant les plus jeunes de ses membres dans l’aventure sanglante du grand banditisme, celle de la Bande à Bonnot.

La Fiction

Rirette Maîtrejean : du col claudine à la bande à Bonnot, une fiction de Patrick Pécherot, réalisée par Baptiste Guiton.

L'invité de Stéphanie Duncan est le journaliste et écrivain Patrick Pécherot .

Avec les voix de :

  • David Sighicelli – Jules Bonnot
  • Elizabeth Mazev – Rirette Maîtrejean en 1947
  • Grégoire Isvarine – Raymond Callemin
  • Florence Le Corre – Rirette Maîtrejean en 1912
  • Antoine Sastre – Octave Garnier
  • Jean-Paul Wenzel – François Mittel
  • François Hatt – Jeannot
  • Cécile Bournay – la concierge

Et l'équipe de réalisation :

  • Bruitages – Élodie Fiat
  • Prise de son, montage et mixage – Benjamin Vignal et Emmanuel Armaing
  • Assistante à la réalisation – Lee Torkia
  • Réalisation – Baptiste Guiton
Le petit parisien du 18 avril 1912
Le petit parisien du 18 avril 1912 © Radio France

Livre

Rirette l'insoumise (éditions Mille Sources )

Rirette
Rirette © Radio France

Dans le Paris de la Belle Époque, une Corrézienne, Anna Estorges dite Rirette Maîtrejean, qui a choisi de fuir sa famille pour « vivre sa vie », découvre le milieu anarchiste individualiste des jeunes gens de condition modeste souvent venus de province qui remettent en cause tous les préjugés et les normes de leur temps et s’efforcent de vivre en conformité avec leur éthique.

Avec son compagnon Kibaltchiche (Victor Serge) elle devient en juillet 1911 responsable de l’hebdomadaire L’Anarchie, porte-parole du mouvement individualiste, fondé en 1905 par Albert Libertad.

C’est à ce titre qu’elle sera inculpée de complicité avec les membres de la bande à Bonnot dont plusieurs étaient d’anciens collaborateurs de ce journal. Après avoir accompli un an de prison en préventive, Rirette prendra ses distances avec le milieu sans pour autant renier ses convictions libertaires qu’elle conservera jusqu'à sa mort en juin 1968.

Correctrice dans les années qui suivent la Première Guerre mondiale, affiliée au syndicat des correcteurs, elle conserve cependant des attaches fortes dans le milieu libertaire. C’est elle qui sensibilisa Albert Camus à la pensée libertaire et lui fit découvrir le milieu anarchiste.

Une émission à suivre et partager sur Facebook

Les références
L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.