Alors Président du Conseil, Georges Clemenceau est victime d'un attentat fomenté par un militant anarchiste français, Émile Cottin. L'historien Jean-Yves le Naour, spécialiste de la Première Guerre mondiale et auteur de cette fiction, la commente avec Stéphanie Duncan.

Georges Clemenceau en 1919
Georges Clemenceau en 1919 © Getty / Bettmann

19 février 1919. Huit heures quarante-cinq du matin. La circulation est déjà dense rue Franklin, dans le seizième arrondissement de Paris. Voitures à cheval, tramways, quelques rares automobiles ; un matin comme les autres, en apparence…

Sur le trottoir, voilà un quart d’heure pourtant qu’un jeune homme, en imperméable et chapeau mou, fait les cent pas. Il semble nerveux, et pour cause : avec le pistolet automatique qu’il tient serré dans sa poche, il s’apprête, dans quelques minutes, à abattre, devant son domicile, le Président du Conseil, Georges Clemenceau. 

Comment peut-on vouloir la mort de Clemenceau ? Le Père la Victoire, le vieux moustachu de 77 ans qui, aux pires heures de la guerre, quand tout semblait perdu, avait redonné confiance aux Français et conduit les Poilus à la Victoire, le 11 novembre 1918 ?   

Par chance, (et aussi parce que c’est un dur à cuire qui n’a pas du tout l’intention de mourir ! pensez donc, il a bien trop de choses à faire !) Clemenceau va réchapper de cet attentat. Mais cette affaire nous rappelle que ce vieux briscard de la politique, depuis toujours, collectionne les ennemis. 

Ce n’est pas pour rien qu’on l’appelle « Le Tigre » !

L'invité

Notre invité est Jean-Yves Le Naour, historien, spécialiste de la Première Guerre mondiale, 

Les livres 

  • Jean-Yves le Naour est l'auteur de L’assassinat de Clemenceau paru récemment chez Perrin ; une enquête sur les ressorts de cet événement et un récit qui se lit comme un roman policier.
  • La biographie de Clemenceau par Michel Winock, parue en 2011 aux éditions Perrin. Une étude du personnage avec ses contradictions, ainsi qu'une analyse politique de l'homme, de son action et de son époque.

La fiction 

L’assassinat (raté) de Georges Clemenceau, une fiction de Jean-Yves Le Naour, réalisée par Christophe Hocké.

Avec les voix de : 

  • Georges Clemenceau - François Loriquet 
  • Émile Cottin  - Zacharie Lorent 
  • Antoine Gosset -  Philippe Beautier 
  • Le Commissaire - Aurélien Osinski 
  • La mère - Virginie Colemyn
  • Sœur Théoneste - Judith Morisseau 
  • Et les voix de Xavier Bazin, Jean-Charles Delaume et Marc Prin

Ainsi que l'équipe de réalisation :

  • Bruitages : Benoît Faivre
  • Prise de son, montage et mixage : Olivier Dupré et Antoine Hespel
  • Assistante à la réalisation : Léa Racine
  • Réalisation : Christophe Hocké

Pour en savoir plus 

Mi-novembre 2017, l'émission La Marche de l'Histoire, titrait : Clemenceau et Monet. À cette occasion, Jean Lebrun recevait Michel Bernard, écrivain, auteur de plusieurs ouvrages sur la Première Guerre mondiale.

Vous pouvez également lire cette publication de l'éditrice-web, Nadja Viet, sur l'historien, Jean-Yves le Naour.

La musique

Emily Loizeau - Viens avec moi mon vieux pays

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.