Stéphanie Duncan nous propose d'écouter ce soir une histoire de fantômes et de revenants : une fiction de Patrick Pécherot qui nous entraîne au cœur de Paris, en 1874.

Fantôme
Fantôme © Getty / London Stereoscopic Company

Ne vous y méprenez pas, cette histoire ne va pas nous entraîner, comme on pourrait croire, dans un château perdu en Écosse, avec tous les ressorts du genre : portraits de famille poussiéreux, majordomes inquiétants, lits à baldaquins, et au milieu de la nuit des hurlements, des coups dans le plafond et des bruits de chaînes… Non, l’histoire que je vais raconter se passe en France, en 1874, en plein Paris !

1874… Le début de la IIIe République… La guerre avec les Prussiens est finie, mais les Français ne se remettent pas de la défaite et de la perte de l’Alsace-Lorraine. Il faut tourner la page, reconstruire l’ordre moral. Pour expier les crimes de la Commune, une basilique, dédiée au Sacré-Cœur, est en chantier sur la colline de Montmartre.

Un peu plus bas, dans le quartier de l’Opéra, quartier des journaux et des théâtres, une jeune femme, toute de noir vêtue, tente de se frayer un chemin dans la foule qui se presse sur le boulevard Montmartre. Elle s’appelle Marthe Fischer et s’apprête à rencontrer un fantôme.

L'invité de Stéphanie Duncan est l'historien Guillaume Cuchet

La fiction

1874, Édouard Buguet, le photographe des fantômes, une fiction de Patrick Pécherot

Avec

  • Gaëla Le Dévéhat – Marthe

  • Ismaël Ruggiero – Édouard Buguet

  • Barbara Bolotner – Jenny

  • Hector Manuel – André (le frère de Jenny)

  • Martin Amic – Louis

  • Thierry Pietra – Inspecteur Lombard

  • Claudine Charreyre – l’assistante de Buguet

Et

  • Prise de son, montage, mixage : Julien Doumenc et Amandine Grevoz

  • Assistant à la réalisation : Vivien Demeyère

  • Réalisation : Cédric Aussir

Les livres

Les voix d'outre-tombe : tables tournantes, spiritisme et société au XIXe siècle par Guillaume Cuchet, paru aux éditions du Seuil.

Au printemps 1853, en Allemagne, les paquebots en provenance de New York introduisent la pratique américaine des tables tournantes, qui s'apprête à déferler sur l'Europe et devenir l'une des plus grandes modes du XIXe siècle. Pendant près d'un an, de Napoléon III à la reine Victoria, de Victor Hugo aux plus modestes bourgeois de province, toute l'Europe ou presque a fait tourner et parler les tables. Les contemporains, convaincus des progrès de la raison dans le siècle, ne se souvenaient pas d'avoir jamais assisté à pareille flambée de crédulité collective.

Or, loin de s'essouffler, la pratique a duré et s'est enracinée, surtout en France où elle a donné naissance au spiritisme proprement dit, à la fois mouvement organisé et véritable phénomène de société. À ce titre, et parce que ces mystérieuses communications avec l'au-delà avaient partie liée avec la mort et la maladie, la religion et la spiritualité, la science et la politique, la famille et l'amour, le spiritisme est un remarquable révélateur des tendances profondes de l'époque. Saisi à l'apogée de sa ferveur, il éclaire la face nocturne d'une société qui, confrontée à des bouleversements considérables, tiraillée entre tradition et modernité, voit soudain, à sa grande stupeur, remonter ses hantises à travers ses fantômes.

Faire de l'histoire religieuse dans une société sortie de la religion par Guillaume Cuchet, paru aux Publications de la Sorbonne.

La musique

  • Léonard Cohen - Strange song

(Pour en savoir plus sur l'auteur de la fiction, vous pouvez lire la publication, Patrick Pécherot et les fantômes)

Les invités
L'équipe
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.