Dans l'imaginaire collectif, Mandrin reste le brigand héroïque qui vole les riches et redistribue aux pauvres. "Autant en emporte l'Histoire" évoque la légende et la réalité…

Louis Mandrin blessé par l'assaut des Dragons à Guenand en décembre 1754
Louis Mandrin blessé par l'assaut des Dragons à Guenand en décembre 1754 © Getty / Keystone-France

Ce 26 mai 1755, depuis tôt le matin, 6000 personnes se sont amassées sur la place des Clercs à Valence. Des curieux sont montés sur les toits, dans les arbres, ou sur des gradins de fortune, loués 12 sols pour l’occasion. Au centre de la place, se dresse un grand échafaud de bois. C’est là que, dans quelques heures, sera exécuté Louis Mandrin, le célèbre contrebandier, celui qui depuis deux ans, sur les routes du Dauphiné, de la Franche-Comté et de la Bourgogne, nargue les fermiers généraux et l’armée du roi.

Personne dans la foule ne l’a jamais vu, mais l’on dit que Belle Humeur (c’est son surnom) est beau de visage, blond de cheveux, bien fait de corps, l’esprit vif et d’une hardiesse à toute épreuve… On dit aussi qu’il ne quitte pas son grand chapeau bordé de fils d’or.

Deux jours auparavant, la commission de Valence, véritable tribunal d’exception, a condamné à mort Mandrin, par le supplice de la roue, la plus grave des peines infamantes.

C’est donc ici, devant la foule, que ce 26 mai 1755 va prendre fin la vie tumultueuse de Mandrin. Mais sa mort marque aussi le début d’une légende, toujours tenace aujourd’hui, celle du bandit au grand cœur qui prend aux puissances de l’argent pour redonner aux pauvres.

L'invité de Stéphanie Duncan est l'historien Benoît Garnot.

La fiction

Louis Mandrin, Capitaine Belle Humeur, une fiction de Christine Spianti.

Avec les voix de :

  • Louis Mandrin – Antoine Berry-Roger

  • Brissaud – Philippe Beautier

  • François Saint-Pierre – Thomas Pouget

  • Mère Saint-André – Sophie Bourel

  • Madame Duchemain – Cécile Arnaud

  • Anna Ferretti – Clara Noël

Et les voix de Jean-Yves Lissonnet et Olivier Ruidavet

  • Prise de son, montage, mixage : Claire Levasseur et Amandine Grevoz

  • Assistante à la réalisation : Léa Racine

  • Réalisation : Laurence Courtois

La musique

Yves Montand - La complainte de Mandrin - Album Chansons et poésies populaires de France - label Le Chant du Monde

Les livres

Être brigand - du Moyen Âge à nos jours - de Benoît Garnot, paru aux éditions Armand Colin.

Le brigandage peut être défini comme une forme de professionnalisation du crime, parfois individuelle, souvent collective. Il inclut les bandits de grand chemin, évidemment, mais aussi les contrebandiers, les escrocs, la pègre urbaine, ainsi que les diverses formes de criminalité accompagnées de violence, à condition que l’appât du gain soit leur motivation principale. Il culmine dans ce qu’on a pris l’habitude d’appeler aujourd’hui le « crime organisé », appellation récente, certes, mais qui recouvre une réalité multiséculaire.

Les brigands sont présentés ici dans l’espace français, du Moyen Âge à nos jours. Pendant cette longue période, ils ont évolué, à l’instar de la société environnante, dont ils n’ont jamais cessé de faire partie, d’une manière ou d’une autre, puisqu’ils en sont issus et vivent d’elle. Brigands imaginés, brigands réels, brigands en action, brigands en justice, sont les thèmes abordés successivement, tels qu’ils ont été renouvelés par l’historiographie récente.

L’ouvrage s’enrichit aussi de nombreux documents d’époque, d’une bibliographie et d’un glossaire.

Louis Mandrin, la Mondialisation de la Contrebande au Siècle des Lumières - de Michael Kwass, traduit de l’anglais par Dominique Taffin-Jouhaud et paru aux éditions Vendémiaire.

Le 26 mai 1755, après un procès expéditif, Louis Mandrin est roué de coups puis pendu sur la place des Clercs de Valence. Il est âgé de trente ans. Très vite, le contrebandier entre dans la légende : on ne compte plus les récits et les chansons qui perpétuent la mémoire de ses exploits, sur tout le territoire du royaume. Son nom est resté, jusqu’à aujourd’hui, synonyme d’aventures dignes d’un roman de cape et d’épée, et de rébellion armée contre l’ordre établi.

Entre scènes de guérilla et poursuites dans les montagnes savoyardes, Michael Kwass nous entraîne sur les traces de ce bandit lettré devenu l’ennemi public n°1 de la monarchie, en s’inscrivant au cœur d’un trafic international de marchandises. Au-delà des péripéties, l’auteur propose aussi une analyse économique et politique du contexte dans lequel émergea ce Robin des Bois français qui fut, à sa manière, un précurseur de la Révolution.

(Pour en savoir plus sur les chansons de notre patrimoine culturel, vous pouvez lire la publicationChansons de France, éternelles.)

Les invités
L'équipe
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.