Pour raconter la vie tumultueuse de la photographe, actrice et militante révolutionnaire, Tina Modotti, voici une fiction de Gérard de Cortanze, réalisée par Christophe Hocké. L'auteur,qui est également l'un des biographes de Tina Modotti, commente lui-même sa fiction, dans un entretien avec Stéphanie Duncan.

Tina Modotti en 1919
Tina Modotti en 1919 © Getty / Galerie Bilderwelt / Hulton Archives

La postérité des femmes artistes est parfois étrange : Tina Modotti, reconnue de son vivant comme une grande photographe, oubliée pendant quarante ans, est devenue, dans les années 1990, un véritable mythe...

Mais que célèbre-t-on ? L’artiste ? La femme belle et hors norme qui collectionnait les amants ? Ou la communiste qui portait la révolution de Mexico à Moscou, en passant par la guerre d’Espagne ? 

Elle était sans doute tout cela à la fois : d’une beauté originale, brune aux yeux noirs mélancoliques, cette fille d’ouvriers italiens qui connut l’usine à douze ans avant de conquérir le Nouveau Monde, fait partie de ces femmes des années 1920 qui nous fascinent pour leur liberté sexuelle, leur engagement artistique et politique. 

Tina Modotti, modèle et amante d’Edward Weston, s’est emparé de l’appareil pour imprimer le monde comme elle le voyait : pureté formelle et témoignage de la misère humaine et de la révolte. 

Mais, c’est sans doute le grand mystère de sa vie, elle abandonne l’Art pour la Révolution, et mourra au Mexique en 1942 dans des circonstances restées troubles. 

L'invité et les livres

  • Notre invité est Gérard de Cortanze, écrivain, auteur de la fiction et du roman, Moi Tina Modotti, heureuse parce que libre, publié chez Albin Michel. 
  • À lire également, de Tina Modotti : Lettres à Edward Weston 1922–1931, paru aux éditions Anatolia. 
  • Ainsi que la biographie : Tina Modotti. Amour, art et révolution, de Margaret Hooks, paru aux éditions Anatolia.

La fiction

Tina Modotti, femme libre et photographe engagée, une fiction de Gérard de Cortanze, réalisée par Christophe Hocké.

Avec les voix de : 

  • Tina Modotti - Marie Payen 
  • Edward Weston - Grégoire Monsaingeon 
  • Robo et Julio Antonio Mella : Léo-Antonin Lutinier 
  • Margrethe Mather - Andréa Brusque 
  • Dorothea Childs - Judith Zins 
  • Graciela Siqueiros - Florence Janas 

Ainsi que l'équipe de réalisation :

  • Bruitages : Élodie Fiat
  • Prise de son, montage et mixage : Claude Niort et Nicolas Slimani
  • Assistante à la réalisation : Léa Racine
  • Réalisation : Christophe Hocké

La musique

  • La fiction se termine par la Ballade pour violon, opus 31, passionnée et mélancolique, de Pablo de Sarasate. 
  • Izia - Dragon de Métal
  • Autant en emporte l'histoire, votre émission des fictions de France Inter, possède son générique original, composé par le musicien Clément Ducol.
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.