Jean-Yves Le Naour a écrit cette fiction spécialement pour l'émission "Autant en emporte l'Histoire", avec sa verve pleine d'humour, tout en respectant les faits réels. Aux côtés de Stéphanie Duncan, la productrice-animatrice, il commente l'événement qui se rattache à la fiction historique réalisée par Cédric Aussir.

Supplément illustré du Petit Journal du 29 mars 1914 intitulé "Mme Caillaux, femme du Ministre des Finances, tue à coups de revolver Mr Gaston Calmette, directeur du Figaro"
Supplément illustré du Petit Journal du 29 mars 1914 intitulé "Mme Caillaux, femme du Ministre des Finances, tue à coups de revolver Mr Gaston Calmette, directeur du Figaro" © AFP / Leemage

16 mars 1914. La journée s’annonçait bien remplie pour Henriette Caillaux, l’épouse du ministre des finances : coiffeur, manucure, traiteur, recruter une nouvelle cuisinière (pas facile, le personnel n’est plus ce qu’il était), le soir : réception à l’ambassade d’Italie… mais à quel moment tout a-t-il basculé ?

À quel moment, dans son esprit, a surgi son idée folle ? Aux conséquences si graves qu’on a même dit qu’elle précipita le déclenchement de la Première Guerre mondiale, rien que ça… voilà ce qui se passe quand les femmes se mêlent de politique ! On n’est pas prêt de leur donner le droit de vote, moi je vous l’dis !

Dans l’après-midi de ce 16 mars 1914, en effet, Henriette Caillaux, contre toute attente, demande à son chauffeur de la conduire chez un armurier. Elle achète un browning, le glisse dans son manchon et, à 17 h, arrivée au siège du Figaro, tire six coups de pistolet sur le directeur Gaston Calmette, qui meurt quelques heures plus tard. 

C’est donc l’histoire de l’affaire Caillaux que je vous raconte ce soir. Une histoire, au dénouement ahurissant, on va le voir, qui fit scandale en 1914. Des messieurs moustachus, des épouses éplorées, des duels… ça ressemble à du Feydeau. Avec de la politique et un meurtre en plus !

L'invité

Notre invité est Jean-Yves Le Naour, historien, spécialiste de la Première guerre mondiale, auteur notamment de Meurtre au Figaro ; le procès Caillaux  chez Larousse dans la collection L’Histoire comme un roman, et de 1914, La Grande Illusion, chez Perrin.

La fiction

Madame Caillaux a perdu ses nerfs, une fiction de Jean-Yves Le Naour, réalisée par Cédric Aussir.

Avec les voix de :

  • Bruno Paviot : Joseph Caillaux
  • Valérie Moinet : Henriette Caillaux       
  • Michel Derville : Gaston Calmette 
  • Christian Cloarec : Raymond Poincaré
  • Henri Alexandre : Louis d’Aillières
  • Laurent Claret : Le juge

Et l'équipe de réalisation :

  • Bruitages : Bertrand Amiel
  • Prise de son, montage et mixage : Olivier Dupré et Antoine Viossat 
  • Assistante à la réalisation : Sophie Pierre
  • Réalisation : Cédric Aussir

Pour en savoir plus

Vous pouvez lire la publication Jean-Yves Le Naour, l'Histoire sous toutes les formes sur le site de France Inter.

La musique

Sauver ma peau, du groupe Brigitte 

Pour communiquer

L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.