Cette fiction de l'auteur Vincent Hazard sur Pauline Viardot nous emmène sur les traces de la cantatrice et compositrice de talent, qui fut l'une des musiciennes les plus douées de son temps. Stéphanie Duncan s'entretient avec l'historien de la musique, Patrick Barbier, biographe de Pauline Viardot.

Portrait de Pauline Viardot (1842) par Carl Timoleon von Neff, peintre estonien
Portrait de Pauline Viardot (1842) par Carl Timoleon von Neff, peintre estonien © AFP / Sputnik

La jeune fille semble si petite, si fragile, quand le lourd rideau rouge du théâtre s’ouvre sur elle et qu’elle s’apprête à chanter ! À peine 17 ans, mal fagotée dans sa robe blanche. Le Tout-Paris, elle le sait, est là, ce soir de 1838, avide de découvrir Pauline, la petite sœur de la Malibran la diva adulée des romantiques, morte deux ans plus tôt. Sera-t-elle à la hauteur ? Pauline, de toute façon, n’a pas le choix. Elle doit réussir. Elle était pianiste ? Qu’à cela ne tienne, puisque sa mère l’exige, elle sera cantatrice. 

Incroyable destin que celui de Pauline Garcia, future Pauline Viardot. Fragile, elle va le prouver, elle ne l’est pas. Dotée d’un timbre de voix rare : (« si rude et si doux, dira Alfred de Musset, analogue à la saveur d’un fruit sauvage »), d’une intelligence exceptionnelle (« C’est la femme la plus géniale qu’il m’ait été donné de connaître » dira Clara Schumann), Pauline Viardot vivra toutes les passions du XIXe siècle. Tour à tour et, en même temps, pianiste virtuose, chanteuse inspirant les plus grands compositeurs, pédagogue et compositrice elle-même. 

Une grande amoureuse aussi qui, dans ce XIXe siècle réputé conformiste, entre son époux et le poète russe Tourgueniev, vivra une étonnante relation à trois.

L'invité

Notre invité est Patrick Barbier, historien de la musique, professeur émérite de l’Université catholique de l’Ouest, auteur d’une biographie de Pauline Viardot, chez Grasset et d'une biographie consacrée à sa sœur, La Malibran, reine de l’opéra romantique, paru aux éditions Pygmalion.

À lire aussi : Pauline Viardot, cent ans après, dirigé par Alexandre Zviguilsky, publié aux éditions L’Harmattan.

La fiction

Pauline Viardot, la diva du romantisme, une fiction de Vincent Hazard, réalisée par Baptiste Guiton.

Avec les voix de : 

  • Pauline Viardot - Léopoldine Hummel 
  • Alfred de Musset - Grégoire Isvarine  
  • George Sand - Odja Llorca 
  • Ivan Tourgueniev - Nicolas Gonzalès  
  • Louis Viardot - Bruno Paviot
  • Joaquina - Martine Schambacher

Ainsi que l'équipe de réalisation :

  • Bruitages : Benoît Faivre
  • Prise de son, montage et mixage : Manuel Couturier et Éric Villenfin
  • Assistante à la réalisation : Léa Racine
  • Réalisation : Baptiste Guiton

Pour en savoir plus

À propos de Vincent Hazard, auteur de la fiction, vous pouvez consulter la publication de Nadja Viet, Vincent Hazard, artisan du son et auteur de fictions.

La musique

Havanaise, composée par Pauline Viardot, chantée ici par Cecilia Bartoli, accompagnée au piano par Myung-Whun Chung. 

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.