En 1890, elle est la reine du Moulin-Rouge. La danseuse de cancan que le Tout-Paris vient applaudir à Montmartre. Bien sûr dans le quadrille, elle n’est pas seule à lancer haut la jambe sur un rythme endiablé, à montrer ses dessous dans des jupons froufroutants en poussant des cris sauvages.

Tableau de La Goulue (Louise Weber 1866-1929), et Valentin le Desossé (Valentin the Boneless),1895, au Musée d'Orsay à Paris
Tableau de La Goulue (Louise Weber 1866-1929), et Valentin le Desossé (Valentin the Boneless),1895, au Musée d'Orsay à Paris © Getty / Henri de Toulouse-Lautrec,

Il y a aussi les incroyables Nini pattes en l’air, Grille d’égout, Jane Avril, la Môme Fromage. Mais la Goulue belle, sensuelle, généreuse, dotée d’un sens inné de la danse et aussi d’un sacré goût de la provocation, a un truc en plus qui affole son public. Hommes et femmes. 

Fille d’ouvriers, que tout destinait à devenir blanchisseuse ou prostituée sur les fortifs, la Goulue est devenue une artiste à part entière. N’en déplaise aux bourgeois qui, en cette fin de 19ème siècle, s’ils s’encanaillent volontiers au Moulin-Rouge pour apercevoir quelque chose dans l’entrejambe des filles, ne voient dans la danse qu’une variante de la prostitution. Mais Toulouse-Lautrec lui, ne s’y trompe pas. Le fils d’aristocrates, peintre génial, sera jusqu’à sa mort l’ami fidèle de la Goulue, reconnaissant sans doute dans son modèle préféré, son double féminin, marginal et artiste.

Notre invitée est Maryline Martin, écrivaine, autrice de la biographie La Goulue : reine du Moulin-Rouge parue aux éditions du Rocher

A lire aussi : L'incroyable histoire du Cancan, de Nadège Maruta (édité chez Parigramme); Toulouse-Lautrec, les lumières de la nuit, de Claire et José Frèches (chez Gallimard, dans la collection Découvertes ).

Je signale également que la Goulue apparait dans la trilogie de Patrick Pécherot, l’auteur de la fiction, réunie sous le titre La Saga des Brouillards (Gallimard Folio Policier); dernier roman de Patrick Pécherot : Hével (Gallimard Folio Policier)

Fiction : Louise Weber dite la Goulue, muse et femme libre de Patrick Pécherot

Avec

  • La Goulue : Emeline Bayart
  • Grille d’égout : Marion Malenfant
  • Valentin le désossé : Aurélien Osinski
  • Toulouse Lautrec : Marc Lamigeon
  • Charlot Tazzini : Quentin Baillot
  • le crieur de journaux : Joseph Fourez
  • Et Fernando : David Mangineau

Bruitages : Bertrand Amiel

Prise de son, montage, mixage : Etienne Colin, Marie Lepeintre

Assistante à la réalisation : Laure Chastant

Réalisation : Baptiste Guiton.

CD : Camélia Jordana - Jusqu'au bout des cils

Écouter un extrait 

1 min

Ecouter un extrait de La Goulue dans Autant en emporte l'histoire

Par France Inter
L'équipe