La fiction de l'historien Jean-Yves Le Naour, réalisée par Cédric Aussir, nous révèle cet incroyable coup de bluff imaginé par Leclerc. Pour commenter l'histoire, Stéphanie Duncan s'entretient avec l'écrivain journaliste Jean-Christophe Notin, biographe du général Leclerc.

Le 2 mars 1941 après avoir pris aux Italiens l'oasis de Koufra dans le sud-est de la Libye, le futur maréchal Leclerc faisait le serment "de ne déposer les armes que lorsque les couleurs (françaises) flotteraient sur la cathédrale de Strasbourg".
Le 2 mars 1941 après avoir pris aux Italiens l'oasis de Koufra dans le sud-est de la Libye, le futur maréchal Leclerc faisait le serment "de ne déposer les armes que lorsque les couleurs (françaises) flotteraient sur la cathédrale de Strasbourg". © AFP / AFP

Le 23 novembre 1944, le général Leclerc, après des combats acharnés, à la tête de sa 2e DB, libère Strasbourg et fait planter le drapeau français sur la cathédrale, comme il se l’était juré quatre ans plus tôt à Koufra, disant à ses hommes :

On y est cette fois, maintenant on peut crever.

Pour comprendre le sens de ces mots, de cette émotion, il faut revenir début 1941. Alors qu’en France et en Europe, personne ne croit à une possible victoire sur Hitler, un certain commandant Leclerc, envoyé par le général de Gaulle au Tchad, décide qu’il va libérer la France. Première étape de ce projet insensé : s’emparer du fort de Koufra, situé à plus de 1500 km en plein désert libyen et tenu par les troupes de Mussolini. Leclerc est fou. Il n’a qu’une poignée d’hommes, très peu d’armes, un seul canon, des véhicules hétéroclites et hors d’usage, pas de radio, pas de carte… qu’importe… ses hommes (des officiers français mais aussi des tirailleurs africains) se lancent dans l’aventure, électrisés par ce drôle de bonhomme au charisme exceptionnel. 

Première victoire de la France Libre, la prise de Koufra, le 1er mars 1941, est aussi l’histoire d’un incroyable coup de bluff, imaginé par Leclerc, stratège audacieux et éternel insoumis. 

L'invité

Notre invité est Jean-Christophe Notin, journaliste, écrivain. Auteur de :  Ils étaient 1038. Entretiens inédits avec les Compagnons de la Libération, paru aux éditions Tallandier et d'une biographie de Leclerc, disponible chez Perrin, dans la collection de poche Tempus. 

Pour son ouvrage, Ils étaient 1038. Entretiens inédits avec les Compagnons de la Libération, Jean-Christophe Notin areçu le prix Espoir de la Fondation Charles de Gaulle et une mention spéciale du Prix de la Résistance.

À lire aussi, la série de bandes dessinées consacrée aux Compagnons de la Libération et au Général Leclerc, écrite par Jean-Yves Le Naour, parue aux éditions Bamboo. 

La fiction

Koufra, 1941. La première victoire de la France libre, une fiction de Jean-Yves Le Naour dans une réalisation de Cédric Aussir.

Avec les voix de :

  • Leclerc : Bertrand Pazos   
  • Louis Dio : François Rabette  
  • Jacques de Guillebon : Théo Comby-Lemaitre
  • Lieutenant Roger Ceccaldi : David Mandineau  
  • Le capitaine italien Colonna : Enrico Di Giovanni  
  • Le soldat italien : Sylvain Deguillaume   
  • Le chef du village : Sid Ahmed Agoum

Et l'équipe de réalisation :

  • Bruitages : Bertrand Amiel
  • Prise de son, montage, mixage : Eric Boisset et Lidwine Caron
  • Assistante à la réalisation : Manon Dubus
  • Réalisation : Cédric Aussir 

Pour patienter jusqu'à dimanche !

En attendant la fiction diffusée dès dimanche 22 septembre à 21h, vous pouvez écouter, en avant-première, un extrait de cette fiction :

2 min

En Décembre 1940, le colonel Leclerc est au Tchad. Il s’adresse à un des officiers français en poste sur place, il décide de lancer une offensive contre le Fort de Koufra, tenu par les forces de Mussolini, en plein désert Libyen.

Par France Inter
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.