29 mai 1912 à Paris. Difficile aujourd’hui d’imaginer le choc suscité ce soir-là par la création de l’Après-midi d’un faune, ballet sur une musique de Debussy, chorégraphié et interprété par Vaslav Nijinski, 23 ans, le danseur vedette des Ballets Russes, déjà célébrissime pour la virtuosité de ses sauts...

Vaslav Nijinski dans L'Après-midi d'un faune en 1912
Vaslav Nijinski dans L'Après-midi d'un faune en 1912 © Getty / Hulton Archive

29 mai 1912 à Paris. Difficile aujourd’hui d’imaginer le choc suscité ce soir-là par la création de L’Après-midi d’un Faune, ballet sur une musique de Claude Debussy, chorégraphié et interprété par Vaslav Nijinski, 23 ans, le danseur vedette des Ballets Russes, déjà célébrissime pour la virtuosité de ses sauts...

Mais ici, pas de saut acrobatique, pas de gracieuses ballerines s’élançant vers le ciel…  Dans la sensualité érotique et troublante du faune, c’est le corps désormais qui parle. Avec Nijinski, ce qui n’était qu’un divertissement pour abonnés à l’opéra devient un art à part entière. 

Un an plus tard, encouragé par son mentor et amant, Serguei Diaghilev, Nijinski prouve qu’il n’a peur de rien en art : le 29 mai 1913, son Sacre du Printemps, sur une musique d'Igor Stravinski, va encore plus loin dans le bouleversement des codes, des mouvements, du rythme, et provoque un tollé fracassant. 

Jamais le Théâtre des Champs Elysées n’a connu (et ne connaîtra plus) un tel scandale. C’était l’époque où le public se passionnait pour l’art ! 

L’année suivante, c’est le déclenchement de la Première Guerre mondiale. Et pour Vaslav Nijinski, le début d’une longue descente aux enfers. C’est l’histoire de cet artiste de génie que Stéphanie Duncan nous raconte dans cette émission d'Autant en emporte l'Histoire.

L'invité

Notre invité est Mathias Auclair, directeur du département de la musique à la Bibliothèque Nationale de France. 

Il a été commissaire de l’exposition Les Ballets russes (qui a eu lieu à la BNF pour le centenaire des Ballets Russes en 2009) et plus récemment de l’exposition Bakst, des Ballets russes à la haute-couture (à la Bibliothèque-musée de l'Opéra Garnier). 

Les livres

  • Mathias Auclair est également auteur, avec Christophe Ghristi, du livre _Le Ballet de l’Opéra (_Albin Michel). 
  • À lire également  : Les Cahiers de Vaslav Nijinski (Actes Sud / Babel).

La fiction

Nijinski… le dieu de la danse, une fiction de Didier Blonde, réalisée par Cédric Aussir.

Avec les voix de : 

  • Vaslav  Nijinski : Christophe Montenez de la Comédie française 
  • Tamara Karsavina : Masha Kouznetsova           
  • Romola de Puszki : Alice Le Strat                       
  • Mikhaïl Fokine : Jean-Baptiste Artigas 
  • Sergueï Diaghilev : Alexandre Pavlov de la Comédie française               
  • Gabriel Astruc : Régis Ivanov 

Et l'équipe de réalisation :

  • Bruitages : Sophie Bissantz
  • Enregistrement, montage et mixage : Bruno Mourlan, Antoine Viossat
  • Assistante à la réalisation : Sophie Pierre
  • Réalisation : Cédric Aussir

La musique

Étienne Daho,  L’Étincelle  

Pour communiquer 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.