Chef militant et iconoclaste, Thierry Marx ne se contente pas de collectionner les étoiles mais s'engage à créer du lien social autour de la cuisine, aidant les jeunes en réinsertion. Passionné par le Japon, il nous évoque ce soir les saveurs de ce pays qui l'inspire, du goût à la philosophie.

Thierry Marx, chef étoilé du "Mandarin oriental" et le chef japonais Hagi (2013)
Thierry Marx, chef étoilé du "Mandarin oriental" et le chef japonais Hagi (2013) © Getty / Michel Dufour

Cuisine Japonaise à la sauce Thierry Marx

Si le chef étoilé au Mandarin oriental, Thierry Marx, s'intéresse aujourd'hui à la culture du Japon, c'est toute sa carrière et sa personne qu'il a construit autour de ses expatriations. Parti pour quitter définitivement la France, il a vécu un temps au Japon, où il est tombé instantanément amoureux de la gastronomie. Là-bas, il pratique le judo, se met au kendo (art martial) mais découvre aussi les philosophies bouddhistes et shintoïstes. 

Ce soir, il évoque avec nous son nouveau livre co-écrit avec Odile Bouhier, On ne meurt pas la bouche pleine, publié aux éditions Sang Neuf. La fiction, dont le décors est planté entre Paris et Kyoto, met en scène un assassin qui empoisonne ses victimes grâce à la cuisine moléculaire.

A ses côtés, nous retrouverons Benoît Campargue, judoka français et ancien membre de haut niveau de l'équipe de France. Pour l'émission, Thierry Marx choisit de nous lire un texte de Miyamoto Musashi sur le "Bushido" (code moral des samouraï) et nous faire écouter le morceau "The flower of carnage" de Meiko Koji. 

Détour par l'Ukraine

Elsa Guiol, rédactrice en chef de Marie-Claire, sera en direct du studio pour nous parler de son reportage "Ukraine : amoureux sur la ligne de Front", à lire dans le dernier numéro du magazine. Elle vient en compagnie du photographe Guillaume Herbaut, parti avec elle capturer le quotidien de ces femmes qui ont tout quitté pour rejoindre leurs conjoints sur le front et tenter de faire survivre leurs couples. Il présentera son travail lors d'une exposition sur le photojournalisme à la Grande Arche, nouvel espace culturel dans le quartier de la Défense, du 13 février au 13 mai 2018. 

Babelophone part à Cuba

Caroline Gillet nous emmène à La Havane, à la rencontre de Morena, jeune lycéenne de 17 ans. Née en France d'un père cubain, ses parents ont déménagé à Cuba alors qu'elle avait tout juste 14 ans. Ce qui a été le plus surprenant pour elle en arrivant, c’est la proximité immédiate des gens qui ne se connaissent pas, la sécurité dans les rues, même tard le soir, pour une adolescente. Plus tard, Morena voudrait faire des études de droit en France et voudrait se spécialiser dans l’étude des États totalitaires. Morena évoquera sa vie de famille, son quotidien de jeune fille et les soirées au bord du Malecon, la promenade en bord de mer où on chante, on danse, on parle, on boit et on drague.

Coup de fil en Croatie

Nous retrouverons aussi notre Babeltrotteuse Cloé Ando, étudiante en architecture partie faire un périple de Nantes à Tokyo, à vélo. Elle est en ce moment en Croatie à Ploče, où elle se repose dans les petits villages pour prendre le temps de rencontrer les locaux. Son voyage est à suivre sur sa page Facebook  En Roue Libre  qu'elle prévoit d'alimenter par des photos, récits mais aussi cartes postales sonores pour "écouter le monde".

A Table !

En guise d'accompagnement, le chef Tsuneji Takeda du restaurant Palissades, situé dans le Xème arrondissement de Paris, nous fera goûter des amuse bouche qui marient à merveille gastronomie française et japonaise. A ses côtés, nous retrouverons Marzena Leska, gérante du lieu ainsi que le mixologue du restaurant, Wilfried Cirany

Programmation Musicale

"Yeux disent" de LOMEPAL

"Azzaman" d'IMARHAN

"Le poinçonneur des lilas" de Kenzo SAEKI 

"Cavalier seule" de Juliette ARMANET

"Don't don't do it" de NERD/Kendrick LAMAR

"Quimbara" de Celia CRUZ

Programmation musicale
L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.