Pathy n'a jamais connu sa mère et son père est décédé quand il avait 14 ans. Avec son ami Trésor, ils ont tenté la traversée, de Kinshasa à Metz.

Pathy
Pathy © Radio France / Caroline Gillet

Pathy est né à Kinshasa. Sa mère est morte en couches lors de la naissance de sa petite sœur. Cette dernière n’a pas survécu, Pathy avait 2 ans. Il a été élevé seul par son père. Sa mère et son père s’étaient rencontrés au marché, elle était vendeuse, il était client, il l’a draguée, elle a craqué. Mais son père ne lui parlait pas trop de sa mère, parce qu’il disait que ça ne servait à rien. Il disait juste‘c’était une femme bien’. De son père, Pathy dit ‘il était mon père, il était ma mère, il était tout pour moi’.

Un jour, alors que Pathy avait 14 ans, son père a commencé à aller mal. Avant de mourir, il a demandé à son fils ‘de ne pas perde l’éducation qui m’a laissé, de continuer à aller à l’école, ça ferait de moi un homme plus tard, parce qu’il n’avait pas grand-chose d’autre à me laisser à part l’éducation’. L’autopsie a révélé qu’il avait été empoisonné. Pathy soupçonne son oncle qui voulait hériter de ses bienset qui très vite a emménagé dans sa maison avec sa femme et ses enfants. Pathy a dû quitter l’école, son oncle ne le nourrissait pas tous les jours, il avait interdiction de s’adresser à ses cousins. Son oncle disait ‘si tu continues, tu vas suivre ton père, ça ne va rien nous coûter’.

Et puis, un ami du père de Pathy a appris l’histoire, il lui a fait un passeport en secret et lui a demandé de se préparer à voyager. ‘J’étais trop content de partir, je ne lui ai même pas demandé où, du moment que je partais. Je n’avais plus rien. Il m’a emmené en ville, m’a présenté son fils Trésor, on est partis ensemble pour la Tunisie. Il m’a dit juste ‘tu es mon fils, lui est ton frère, je t’aide parce que ton père un jour, m’a aidé’.

Trésor et Pathy ont travaillé sur des chantiers, puis décidé de partir pour l’Europe. Pathy s’est dit que là-bas, il pourrait poursuivre ses études. Ils ont rejoint des passeurs et ont marché dans le désert toute une nuit : ‘c’était dans du sable et puis des cailloux, et parfois, il y avait des chiens sauvages, et il faut pas se fatiguer, parce que si on te donne la consigne, il faut pouvoir courir. Sinon on te laisse derrière. On s’encourageait l’un l’autre, quand Trésor était fatigué, je lui tenais la main, quand c’était lui, il me tient la main’. Trésor et Pathy ont rejoint des passeurs et sont montés dans un zodiac sur les plages libyennes. Ils étaient 120 personnes dans le zodiac. ‘On nous a dit qu’il fallait suivre une étoile pour aller jusqu’en Italie. Il y avait une personne qui avait une boussole. La nuit ça allait c’était calme, mais le jour, on voyait rien, devant à gauche, à droite, il y avait un silence total. On avait tous des gilets de sauvetage. Les consignes c’était de faire pipi ou de vomir dans le zodiac. Ne pas se lever. On est partis vendredi soir. Samedi après midi, de l’eau a commencé à rentrer, avec les bidons, on faisait en sorte de la faire sortir. J’avais perdu Trésor, et puis je ne sais pas comment, le bateau a explosé. J’ai perdu connaissance, je me suis réveillé le dimanche sur le grand bateau. J’ai cherché Trésor, je ne l’ai pas trouvé. On m’a dit ‘celui qui n’est pas là, il est mort, l’eau l’a emporté’. On n’était plus que 70 en arrivant en Italie.

Pathy continuait à rêver de la France. Avec des amis du centre d’accueil, ils se mettent d’accord, prennent des trains, fraudent et parviennent jusqu’à Metz en août dernier. Ils ne connaissait pas la ville, mais à l’arrivée, Pathy perd une nouvelle fois ses compagnons de route. Il dort une première nuit sur un banc, avec tous ses vêtements sur lui. Le lendemain on l’emmène à la police. De là, on l’oriente vers un centre pour mineurs. Trois ans après le décès de son père, Pathy a enfin repris les cours.

    �'|XY�^��>R(HQ�k󑲆?)�nb��

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.