Guillaume a grandi dans un tout petit village proche du Fleuve Saint Laurent. Son père et son grand-père étaient mécanos. Lui est devenu dessinateur. Le samedi soir, à Gatineau, il y a karaoké, ou soirée jazz ou la possibilité de voir le Canada anglophone de l'autre côté d'un fleuve.

Guillaume, le samedi soir à Gatineau
Guillaume, le samedi soir à Gatineau © Caroline Gillet

LUI

Guillaume Perreault est un auteur québécois qui fait souvent l’aller retour entre deux grandes villes : Trois Rivières et Gatineau. Gatineau c’est là où il vit, Trois rivières c’est là où vit son amoureuse. Il faut trois heures pour relier les deux villes. Mais Guillaume dit que trois heures c’est pas si long en temps de route québécois. Surtout quand on a grandi dans un village au flanc de les montagnes des Appalaches, pas loin du lac Matapedia, pas loin du Fleuve Saint Laurent. Un tout petit village de 200 habitants appelé Saint Cléophas qui existe depuis 1921, et auquel on a donné le nom du premier curé de la paroisse voisine. "Il y avait une rue principale avec l’église et un signe STOP, même pas de feu de circulation", raconte Guillaume.  

Guillaume était le petit fils d’un mécano, le fils d’un mécano, d’une famille de mécanos.. Son grand-père avait fabriqué la première souffleuse du village. Mais quand il a eu 10 ans, son père a perdu son travail, alors il a fallu partir vivre en ville.

Il dit qu’il était donc pas l’enfant le plus populaire.. que donc il s’est mis à dessiner..  que venu le choix des études il a pas fait mécano, mais graphisme et il a commencé à travailler, mais il voyait bien qu’il savait pas s’empêcher de rajouter du dessin partout. Il dit que pour lui, grandir c’est apprendre ce qu’on désire, alors il est devenu illustrateur. Il a écrit des livres, des BD et des ouvrages pour enfant..  Le dernier a gagné plein de prix : Le facteur de l’espace. Et Guillaume l’a écrit pour devenir plus comme son héros, Bob..  

LE SAMEDI SOIR

A Gatineau, on est au Quebec francophone. Il y a des soirées à thèmes presque tous les soirs et même si c'est plus grand que son village natal, Guillaume dit qu'où qu'on aille le soir, on connaît généralement le mec de l'autre côté du comptoir. 

En face, de l'autre côté du fleuve, c'est Ottawa et le Canada anglophone. Pour les jeunes de 18 ans qui ne peuvent pas boire d'alcool là-bas, il suffit de traverser un pont pour venir boire à Gatineau où la limite d'âge est plus basse.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.