A vos stylos ! Ce mercredi 6 mai à 13h45, France 3 propose "Tous prêts pour la dictée", un évènement organisé en association avec Lumni et le ministère de l'Education nationale. Testez votre orthographe et vos conjugaisons en famille grâce à ce texte lu par Edouard Baer.

Edouard Baer rêvait depuis longtemps de jouer Bernard Pivot... C'est chose faite avec "Tous prêts pour la dictée" !
Edouard Baer rêvait depuis longtemps de jouer Bernard Pivot... C'est chose faite avec "Tous prêts pour la dictée" ! © AFP / Loïc Venance

L'émission est présentée par Marie-Sophie Lacarrau et Alex Goude. Confinement oblige, on y verra des élèves depuis chez eux, un peu partout en France : un en Guyane, une autre à Compiègne, etc. Des personnalités, aussi : la romancière Tatiana de Rosnay et la chanteuse Marianne James, qui a un incroyable talent pour faire huit erreurs par phrase si elle ne se relit pas, de son propre aveu. Mais évidemment, à la fin d’une dictée, comme à l’école, on prend le temps de se relire ! Parmi les personnalités invitées, il y a aussi Lula Cotton-Frappier. Ce nom ne vous dit peut-être rien, Nicolas, mais je peux vous assurer que c’est une immense star chez les ados, puisqu’elle est l’une des comédiennes de Skam, la série qui fait un carton chez les 16-24 ans et dont la saison 6 vient de démarrer sur France TV Slash. 

Comment convaincre les enfants de participer à cette dictée ?

D’abord en la faisant aussi vous-même, chers parents. Vous allez évidemment trébucher sur un accord de participe passé et ça fera plaisir à votre progéniture. Pour une fois que vous serez là, avec eux, pendant la dictée, démunis, sans le correcteur de votre ordinateur : faites-leur ce plaisir ! Deuxième argument, de taille : qui va jouer le prof ? Edouard Baer ! Le comédien a mis une veste très sérieuse, d’un joli gris chiné, pour l’occasion. Non, je n’ai pas dit qu’il s’était déguisé en vieux. 

C'est joyeux d'être tous ensemble et de transformer en rigolade des choses qui étaient des cauchemars quand on était enfant

En voilà un joli défi ! Oui, car la dictée est une façon de massacrer les grands textes de la littérature, de les hacher. C’est… une façon de … mas-sa-crer les textes, virgule, de les hacher : si on prend un peu de recul, on peut décider de voir tout ce qu’il y a de drôle et décalé dans cette prononciation absurde, et ça n’empêche pas de faire la dictée avec le plus grand sérieux. Quelque chose me dit qu’Edouard Baer pourrait tricher un peu, comme le maître d’école dans Topaze, le film de Pagnol. Cet instit' aimait trop les élèves pour les voir échouer, alors il adaptait un peu la prononciation : « les moutonsssss étaient en sécurité ».

Apprendre de ses erreurs d'orthographes

Je sais quel texte sera lu par Edouard Baer, mais je n’ai pas le droit de le dire... C’est un extrait d’un grand roman français. Si j’étais vous, je vérifierais comment s’orthographie le Kilimandjaro, à tout hasard. Et peut-être aussi le passé simple du verbe bailler. 

Et puis si vous le permettez, j’en profite pour glisser un petit combat personnel. Si on arrêtait de parler des « fautes » d’orthographe ? Il y a une dimension morale, terrible, accablante, dans le mot « faute ». Se tromper sur un accent circonflexe, c’est l’occasion d’apprendre, de progresser, c’est juste une erreur, pas une faute. C’est juste une erreur, virgule, pas une faute, point. 

"Tous prêts pour la dictée" : à retrouver à 13h45 sur France 3. Plus d'informations et de contenus sont disponibles sur le site de Lumni

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.