Au programme : un voyage dans le temps... Invitez vos enfants à écrire à la personne qu'ils et elles seront dans 10 ou 20 ans. A vos stylos ou caméras, tous les moyens sont bons pour communiquer avec le futur !

Amina s'est prêtée au jeu et a adressé une vidéo à la future version d'elle-même
Amina s'est prêtée au jeu et a adressé une vidéo à la future version d'elle-même © Narrative

Un voyage dans le temps par la seule force de la plume ou d’un téléphone portable. Avouez que c’est moins contraignant que la Delorean de Retour vers le Futur ! Suggérez-donc à vos enfants d’écrire une lettre à la personne qu’ils seront devenue dans dix ou vingt ans. Une lettre au futur soi-même, ou à la future soi-même. Cela peut être une courrier ou un courriel, ou même une vidéo, un message audio, peu importe. C’est une idée qui revient beaucoup sur les réseaux sociaux, et sur laquelle s’est appuyé un artiste, Irvin Anneix. Des centaines d’adolescents, partout en France, lui ont envoyé une vidéo. Ils les a compilées sur une chaine Youtube tantôt émouvante, tantôt très drôle et parfois dure aussi, car les tourments de l’adolescence y ont leur place. Le titre de ce joli projet : « Cher futur moi ». Voici par exemple Amina, qui vit à Fougères.

Une deuxième saison de « Cher Futur moi » est prévue pour début juin, avec des ados des outre-mers. Retrouvez le tuto explicatif ici.

Se lancer dans une telle capsule temporelle est d’abord une manière de se faire un cadeau à l’avance. S’offrir une archive qui sera forcément savoureuse quand on la retrouvera. Et cela permet aussi, dès aujourd’hui, de changer son regard sur l’avenir. Car les enfants sont soumis à une double injonction. Ils ont du futur une image de sérieux et de responsabilités. « Tu comprendra quand tu seras grand », leur répète-t-on souvent. Mais ils fantasment aussi beaucoup l’avenir, quand il se sentent empêchés ou contraints : « Quand je serai grand, je ferai comme je veux ». La lettre à soi-même du futur permet de dépasser cette double injonction contradictoire. Et de s’approprier l’avenir. 

Un journal intime 2.0

Ca n’est pas forcément évident d'écrire ce type de journal intime. Mais la meilleure façon d’être soi-même, c’est d’être capable de se raconter. On est ce qu’on raconte de soi (bien plus que ce que l’on fait dans la vie). Prendre la plume pour s’adresser au moi de demain, c'est assurer une continuité narrative, en quelques sortes. Et devenir l’auteur ou l’autrice de sa propre vie. 

Soit dit en passant, offrez des carnets aux garçons : il est temps de piétiner ce stéréotype absurde selon lequel le journal intime serait un truc de fille. 

Pour la lettre au futur ou à la future moi, on peut, à mon avis, commencer dès douze ans. Plus jeune, l’enfant manquera un peu de maturité. Mais il n’y a pas d’âge maximum. Quelque chose me dit que les parents auront envie de s’y mettre aussi. La vieillesse, comme le passage à l’âge adulte, sera ainsi précieusement et sensiblement documentée. 

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.