Il fut un temps où l'on racontait une histoire avant d'aller au lit... C'était le temps d'avant le confinement ! Désormais, les enfants réclament des histoires à toute heure du jour et l'on est parfois à court d'idée. Parents, voici quelques conseils pour tenir le coup.

Petite fille qui lit un livre
Petite fille qui lit un livre © Getty

Les enfants, c’est bien connu, aiment la répétition. Mais il est tout à fait légitime d’avoir envie de massacrer la grenouille à grande bouche après avoir lu cette histoire soixante-dix fois. Heureusement, il y a les podcasts. De préférence avec des écouteurs sur les oreilles des enfants, pour qu’ils puissent réécouter à satiété sans vous rendre chèvre. Inutile de présenter "Une histoire et ... oli", le podcast de France Inter : des histoires d’une dizaine de minutes, toute lues par leur auteur. Ne ratez pas, notamment, « L’otarie tarée », écrite et racontée par Cécile Coulon. Mais aussi celle de Lewis Trondheim, délicieuse mise en abime : c’est l’histoire d’un monsieur qui avait une trop grosse voix pour raconter des histoires aux enfants… Je ne veux rien divulgâcher - grand dieu non - mais sachez que tout se termine bien pour cet attachant bonhomme à grosse voix. Écoutez aussi "Les Odyssées", bien sûr. Des histoires vraies, des épopées de héros et héroïnes qui ont marqué leur temps. 

Des livres audios

Il n’y a pas que France Inter qui propose des podcasts pour enfants, me direz-vous. C’est vrai. Je vous laisse explorer l’offre disponible, elle est très vaste. Sachez par exemple que sur la plateforme Audible, vous trouverez des livres audio gratuits le temps du confinement : inutile de s’inscrire ni de créer un compte, on clique et on écoute "Peter Pan" raconté par Marlène Jobert ou "La grande aventure des Schtroumpfs", d'après l'oeuvre de Peyo.

Écouter et participer 

Et puis, on peut aussi faire participer l’enfant à l’histoire racontée. Je vous recommande pour cela l’application Dipongo qui est gratuite, elle aussi, pendant la crise sanitaire. On la télécharge sur son téléphone ou sa tablette, l’enfant découvre l’histoire d’un renard qui part en voyage… et soudain, le récit s’interrompt car le renard a besoin de ballons pour s’envoler. Et c’est à l’enfant de les fabriquer ! Il peut les dessiner, les fabriquer avec ce qu’il a sous la main (pâte à modeler, pâte à sel, rouleau de papier toilette ou tout ce qui l'inspire), ensuite on prend sa production en photo et la photo se retrouve intégrée à l’histoire, qui peut reprendre son cours. Grosse fierté pour l’enfant, quand il constate que le renard s’envole grâce à ses ballons faits maison ! 

Pensez au cadavre exquis !

Enfin, j’ai un dernier conseil, qui ne nécessite aucun outil numérique : le cadavre exquis. Merveilleuse manière de raconter une histoire. Un enfant commence en écrivant le nom du personnage ou en le dictant à un adulte, ensuite vous poursuivez avec un verbe, etc. A chaque fois, on masque ce qui précède et on laisse filer son imagination. Le résultat sera forcément absurde, sans doute tordant. Et qui sait, peut-être que cette histoire sera ensuite racontée avant d’aller se coucher. Racontée encore et encore et encore…

ALLER LOIN 

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.