Les débuts d'Alain Bashung très loin du rock, presque comme crooner, avec des doutes terribles : de 1968, où il chante "Les secondes", à 1980, "Gaby", il traverse douze ans de galère... Suite de la série d'été consacrée à un grand nom de la chanson française rock décédé en 2009.

Alain Bashung en 1982
Alain Bashung en 1982 © Getty / Herve Tardy/ Gamma-Rapho

Où l'on parle des premiers 45 tours,de l’écurie Francis Dreyfus, des premiers compagnons en musique. La complicité avec Michel Bernard, la recherche d’une identité propre. La rencontre et le travail de production artistique avec Dick Rivers, et Roman Photo le premier album de Bashung avec Daniel Tardieu et Boris Bergman.

Alain Bashung : 

Je n'ai pas toujours fait du rock'n roll. J'ai commencé avec des doutes terribles. J'avais signé un contrat, il fallait enregistrer un disque. C'était encore l'époque où l'on mettait un mec derrière un micro et c'était terrifiant. J'ai commencé presque comme crooner. Je ne dénigre pas les crooners, mais je n'étais pas tout à fait crooner non plus. J'ai fait quelques trucs qui ne me ressemblaient pas.

Ecoutez Les Secondes, une chanson d'une période qu'il a ensuite reniée : 

Les années à l’écurie Francis Dreyfus

Rue Pierre Charon aux éditions Labrador à Paris Alain Bashung compose avec André Georget. Dans l'équipe à l'époque, il croise Gilbert Montagné. Il y a aussi le chanteur Christophe qui squatte la pièce d'enregistrement. Dès qu'il part boire un verre à la Belle Ferronnière en bas de l'immeuble, les autres peuvent en profiter. 

Leurs chansons à l'époque s'appellent La rivière, Ni le ciel, ni l'enfer, Les Romantiques...

Cette dernière est une chanson qu'Alain Bashung avait commencée et qu'il n'arrivait pas à terminer. Sur les conseils de Francis Dreyfus, il a demandé à Joss Baselli, un immense accordéoniste de finir la chanson. Ensuite, Pierre Delanoé a écrit un texte dont Alain n'était pas très heureux dans la mesure où il avait ses influences country, qu'il était passé à la pop, et que Bob Dylan n'était pas loin. Il avait beaucoup d'influence nobles, et d'un seul coup, on lui faire faire du Oh Lady Mary (la chanson de David Alexandre Winter).

La suite à écouter...

Les médias francophones publics vous proposent de [re] découvrir cette série qui vous emmène dans un voyage musical, sur les traces d'Alain Bashung. Une série proposée par Gérard Suter et David Golan.

Avec :

  • André Georget (compositeur, musicien)
  • Michel Bernard (parolier et directeur artistique)
  • Christophe
  • Gilbert Montagné 
  • Dick Rivers
  • Jacqueline Herrenschmidt (directrice artistique Barclay) 
  • Daniel Tardieu (parolier)
  • Boris Bergman (parolier)
  • Jean Fauque (auteur de chansons)
  • Marc Besse (biographe de Bashung)
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.