Tout l'album, j'ai pensé pratiquement à une seule image, que j'avais vue un jour à la télé, où je voyais un militaire, au Rwanda je crois, qui déchirait son béret avec son couteau. Il pleurait. Apparemment il ne savait plus quoi décider, il était dans le désarroi le plus complet. et de voir un militaire faire ça... Parce qu'un militaire c'est quand même quelqu'un qui est entraîné pour garder son sang froid, pour être costaud... Et voir que ce genre de personne peut craquer, ça veut dire que sa tête est farcie de contradictions & de paradoxes. C'est insupportable pour le commun des mortels. Il y a des choses qui arrivent qui nous bousculent de telle manière que ça nous fait imploser. Moi j'ai la chance de pouvoir le raconter, mais d'autres ne savent pas comment le sortir alors ça peut se traduire par de la violence.Pour moi faire un disque ça peut aussi être un acte de violence mais c'est une violence plus canalisée.

C'est le dixième album studio d'Alain Bashung, paru en 1998 chez Barclay. Il s'agit de l'un des albums les plus importants du chanteur et des plus récompensés. La plupart des textes sont co-signés par Alain Bashung.Pour cet album, Alain Bashung s'est entouré de musiciens de renom, tels que les Valentins, Rodolphe Burger, Joseph Racaille, Adrian Utley (guitariste de Portishead). La plupart des textes sont cosignés par Alain Bashung et Jean Fauque. Cet album fut l'un des plus grands succès critiques et commerciaux du chanteur, grâce entre autres au titre La nuit je mens.Source Wikimedia

__

__

Liste des titres de l'album :

1: Malaxe2: la nuit je mens3: fantaisie militaire4: 20435: mes prisons6 :ode à la vie7 : dehors8 : samuel hall9 : aucun express10 : au pavillon des lauriers11 : sommes nous?12 : Angora

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.