Alain Bashung est né à Paris le 1er décembre 1947. Il disparaîtra le 14 mars 2009 deux semaines après son ultime consécration aux Victoires de la musique. Sur son chemin, il laissera Gaby et Joséphine, orphelines, les vertiges d'une dame qui rêve, une Petite entreprise, et quelques imprudences. Début de la série d'été.

Alain Bashung en 1992
Alain Bashung en 1992 © Getty / Eric Fougere - Corbis

Les médias francophones publics vous proposent de [re] découvrir cette série qui vous emmène dans un voyage musical, sur les traces d'Alain Bashung. Une série proposée par Gérard Suter et David Golan.

Dans ce premier épisode, on évoque l'enfance du chanteur : le déracinement, la découverte de la musique, l’ambiance en Alsace. La découverte que Roger Bashung n’est pas le père d'Alain. L’impardonnable mensonge de Geneviève, mère de Bashung. Le retour à Paris, la rupture avec la famille, la mort de Geneviève. Mais aussi la découverte de la musique à travers l'écoute de la radio allemande, l'interdiction de toucher à un violon familial, un harmonica offert une année à Noël et la découverte du rock.

Une enfance alsacienne 

Alain Bashung : 

"J'ai vécu en Alsace, c'est un peu compliqué, je suis germanique par alliance, via mon beau-père."

Un beau-père boulanger, Roger, qui travaille tôt et rentre tard, une mère, Geneviève, chez Renault, pas très présente non plus. La vie était dure à Paris. Les deux parents ne roulaient pas sur l'or. Ils décident de confier à un an et demi Alain Bashung à "Oma" et "Opa", les grands-parents en Alsace. Avec ses cousins, ils ont grandi sans se poser de question sur cette situation. Il quitte la région après son CM2. Il parlait alors qu'alsacien. 

Alain Bashung : 

J'ai été élevé par une grand-mère qui ne parlait pas français, alors on écoutait la radio allemande avec de la musique de Johann Strauss.

Ses parents lui rendaient visite une fois par an. Ils arrivaient de Paris en tandem pour passer leur mois de vacances d'été. Geneviève, la mère comprenait pas l'alsacien, et le petit Alain ne parlait pas français. C'est Roger ou la grand-mère qui servait d'intermédiaire. Avec ses cousins, eux aussi confiés aux grands-parents, le futur chanteur n'évoque jamais son père ou sa mère...

Ecouter Elsass Blues 

"J'suis né tout seul près de la frontière 

Celle qui vous faisait si peur hier 

Dans mon coin on f'sait pas d'marmot 

La cigogne faisait tout le boulot  

C'est pas facile d'être de nulle part

D'être le bébé von dem hasard 

Hey gipsy, t'as plus d'veine que moi 

Le blues il sent bon dans ta voix  

Elsass blues, Elsass blues Ca m'amouse...

Va falloir que je recouse

Elsa encore un verre de sylvaner 

Pour graisser l'rocking-chair de grand-mère 

Mets ton papillon noir sur la tête 

J'te ferai un câlin ce soir après la fête  

Faut pas que j'parle aux Levy d'en face 

Mémé m'a dit reste à ta place Hey gipsy... 

j'aurai pas mon bac

J'f'rai jamais la carrière de Bismark..."

"Je suis un bâtard"

Un jour alors qu'Alain Bashung jouait de la musique avec son cousin, il l'interroge : "j'ai appris que Roger n'est pas mon père, est-ce que c'est vrai ?". Le cousin n'ose lui confirmer la vérité. Son biographe, Marc Besse raconte qu'Alain Bashung a surtout souffert de ne pas l'apprendre de la bouche des intéressés. 

La suite à écouter...

Avec : 

  • Evelyne Ravidat (cousine de Bashung)
  • Richard et Robert Koessler (cousin de Bashung)
  • Alain Jean (cousin de Bashung)
  • Chantale Monterastelli ( ex-épouse de Bashung)
  • Boris Bergmann (parolier)
  • Jean Fauque (auteur de chansons)
  • André Georget (compositeur, musicien) 
  • Marc Besse (biographe de Bashung)
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.