"Les Ménines", peint en 1656, est la toile la plus célèbre de Diego Velasquez. Pourtant, à l'occasion de la grande rétrospective consacrée à Velasquez au Grand Palais, elle n'est pas présentée. Nous sommes allés à sa rencontre, au musée du Prado de Madrid.

"Les Ménines" au musée du Prado, à Madrid
"Les Ménines" au musée du Prado, à Madrid © MaxPPP

C'est l'un des tableaux les plus connus de l'histoire de l'art : Les Ménines, de Velasquez, aussi connu sous le nom de "La famille de Philippe IV", est exposé au musée du Prado, à Madrid. Un palais qu'il ne quitte jamais, pas même pour une exposition majeure , comme celle proposée actuellement au Grand Palais de Paris. "Imaginez-vous aller au Louvre et ne pas y voir la Joconde ? " nous a livré le tableau, qui s'est plu à conserver le mystère autour de sa nature, de ses secrets et de ses jeux de regards.

Pourquoi Velasquez est-il lui-même présent sur ce tableau ? Nous l'avons demandé aux Ménines, qui nous ont étonnamment répondu que c'était une marque d'engagement . "Un peintre, de vos jours, c'est un artiste. À mon époque, c'était un ouvrier. Diego était le peintre officiel de la famille royale, les monarques l'avaient employé en vertu de ses compétences techniques, non de son regard artistique. Au 17ème siècle, Diego était plus connu pour s'occuper de la collection royale d'œuvres, au musée du Prado, que pour ce qu'il peignait. Alors, parce qu'il voulait que son art soit reconnu comme noble, il s'est représenté aux côtés de la famille royale ", a déclaré le tableau dans Bav{art]dages.

L'anecdote en plus

Vous voyez la moustache de Velasquez sur le tableau ? Elle a inspiré... Salvador Dali, pour sa propre moustache ! Comme le révèle Artips, le peintre surréaliste, qui s'incluait dans une liste de "vrais artistes" aux côtés de Vermeer et Velasquez, a voulu montrer qu'il pouvait être aussi reconnu que Velasquez lui-même, en lui empruntant sa moustache. Un signe distinctif qui aura même les honneurs d'un livre de photos cosigné par Philippe Halsman.

On aurait aussi pu inviter...

Incontestablementl'un des tableaux de la série "Les Ménines" , de Pablo Picasso. Le peintre cubiste a réinterprété le tableau de Velasquez dans 58 toiles peintes entre août et décembre 1957. Comme il l'avait fait auparavant avec Francisco Goya ou Gustave Courbet, il a repris un chef-d'oeuvre de l'histoire de l'art pour le passer à la moulinette de sa vision cubiste de l'art.

L'une des versions cubistes du tableau, par Picasso
L'une des versions cubistes du tableau, par Picasso © MaxPPP

Picasso n'est pas le seul à s'être inspiré des Ménines. Dali l'a réinterprété avec des numéros, par exemple. Et l'art contemporain rend souvent hommage à ce tableau, comme avec Sophie Matisse (la petite-fille d'Henri) qui a représenté le tableau vidé de ses personnages , ou le photographe Yasumasa Morimura, qui a imaginé une performance révélant l'envers du décor, nommée "Les Ménines renaissent de nuit".

La voix

"Les Ménines" sont interprétées par Hoël Le Corre , comédienne et chargée de diffusion de la Compagnie du Vélo Volé. Dans le cadre du Festival d'Avignon off, elle joue dans "Le cercle de craie caucasien" de Bertolt Brecht, tous les jours à 14h10 à l'Espace Roseau

L'équipe
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.