Dans la septième salle de notre exposition, toutes les œuvres sont fausses... ou au moins ne disent-elles pas toute la vérité sur leur origine, sur leurs références. Dans le monde de l'art, les fausses informations et les canulars ne sont pas un phénomène nouveau.

"Le Rêve" du Douanier Rousseau... où rien n'est vraiment réel !
"Le Rêve" du Douanier Rousseau... où rien n'est vraiment réel ! © AFP / FineArtImages/Leemage

Qui dit vrai, qui dit faux ? Dans l'actualité de 2017 et 2018, cette question a occupé bien des débats. Il paraît même qu'elle aurait changé la face politique du monde. Mais dans l'art... peut-on vraiment penser qu'il y a du vrai et du faux ? 

L'oeuvre principale : "Et le soleil s'endormit sur l'Adriatique", de Joachim-Raphaël Boronali

Cette oeuvre de Joachim-Raphaël Boronali, peintre inconnu à l'époque (et qui l'est resté) a fait sensation aux Salon des indépendants de 1910. Salué par certains artistes, critiqué vivement par d'autres, il est présenté comme le manifeste d'un nouveau mouvement artistique, l'excessivisme. Son manifeste dit :

"L'excès en tout est un défaut, a dit un âne. Tout au contraire, nous proclamons que l'excès en tout est une force". 

Peint à la queue d'âne #Boronali #aneLolo

A post shared by Jerem Emp's (@jerem_emps) on

Sauf que... Boronali n'a jamais existé. Derrière son pinceau se cache un certain Lolo... et c'est un âne. La création de ce tableau est un canular du journaliste Roland Dorgelès, qui voulait montrer aux "indépendants" et aux avant-gardistes que, selon lui, la toile d'un âne ne déteignait pas tellement parmi leurs œuvres. 

Les autres œuvres présentées dans cette salle

"Le Rêve", du Douanier Rousseau : Henri Rousseau, dit Le Douanier, est connu notamment pour ses toiles aux accents exotiques, où tigres rencontrent éléphants, nature luxuriante et fleurs tropicales. Seulement voilà : contrairement à ce que laissent penser tous ces tableaux, le Douanier Rousseau n'a jamais quitté la France. Pour peindre, il s'inspirait plus volontiers de photos et de cartes postales, ou de ses observations au jardin des plantes, que de véritables voyages - qu'il n'a jamais faits.

"Faites le mur" de Banksy : Ce film réalisé par le fameux street artist, dont personne ne connait l'identité, est (officiellement) un documentaire qui suit l'émergence du street artist Mr. Brainwash, qui brille par son manque d'originalité et son chic pour être au bon endroit au bon moment. Mais quand un documentaire est signé Banksy, il sème le doute : et si tout cela était faux ? Et si le personnage de Mr. Brainwash (qui continue à faire des expositions) était un immense canular concocté par l'artiste ? Et si Mr. Brainwash, c'était Banksy lui-même ?

Les invités surprise

"Fontaine" de Marcel Duchamp : le fameux urinoir est certainement l'un des canulars les plus connus de l'histoire de l'art. En 1917 sous le nom de R. Mutt il propose au Salon des Indépendants de New-York une oeuvre d'art : un urinoir, renversé et signé. Travail évidemment rejeté (au motif que "ce n'est pas une oeuvre d'art) par le salon... qui avait pourtant précisé qu'aucun artiste ni aucune oeuvre ne serait refusée. Nous l'avions interviewé dans la toute première saison de Bavartdages. 

"La trahison des images" de René Magritte : et si cette oeuvre d'art suffisait à démêler le vrai du faux ? Après tout, si une pipe peinte sur un tableau n'est pas une pipe, mais la représentation d'une pipe, qu'est-ce qui peut empêcher un artiste de peindre ce qu'il veut, même quelque chose d'invraisemblable ? Et si finalement, dans l'art, il n'y avait ni vrai, ni faux, que des créations de l'imagination ? Incarné par Alex Vizorek, il était l'un des invités de la saison 2 de Bavartdages. 

Le générique

  • Karen Etourneau est le tableau du Douanier Rousseau
  • Franck Isoart prête sa voix au tableau "Et le soleil s'endormit sur l'adriatique"
  • Et Baptiste Collion revient dans le rôle de Berenson ! 
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.