C'est l'un des monuments les plus emblématiques des Etats-Unis. Le Mont Rushmore et ses quatre visages présidentiels est notre invité. Connaissez-vous vraiment son histoire ?

Le Mont Rushmore se situe dans l'Etat du Dakota du Sud
Le Mont Rushmore se situe dans l'Etat du Dakota du Sud © AFP / Karen Bleier

C'est l'un des monuments les plus connus des Etats-Unis : le mémorial national du Mont Rushmore, érigé en plein coeur du Dakota du Sud, qui représente les anciens présidents américains George Washington, Thomas Jefferson, Theodore Roosevelt et Abraham Lincoln.

Mais connaissez-vous son histoire, ou même le nom de son sculpteur ? Ce dimanche, les quatre visages du mont ont exceptionnellement accepté de répondre à nos questions.

Les voix du Mont Rushmore sont interprétées par Jean-Claude Raguideau, Matthieu Féral, Valentin Ramos et Franck Cognard, avec également la participation de Laurent Plessi.

Le mont Rushmore répondra à vos questions sur cette page après la diffusion de la chronique ! Posez-les sur Twitter avec le hashtag #BVDInter !

LINCOLN : Je vois que nous avons affaire à un cinéphile ! Eh bien, c’est un honneur que d’avoir inspiré Hitchcock.

JEFFERSON : Malheureusement, nous ne pouvons pas dire que nous avons tourné pour lui. Hitchcock nous a reproduits jusque dans les moindres détails dans un studio.

LINCOLN : Et c’est bien dommage, nous aurions adoré tourner pour lui, avec Eva Marie-Saint (soupir).

ROOSEVELT : Cela dit, il a parfois été préférable que nous soyons l’objet de reproductions. Je n’aurais pas aimé être remplacé par un visage extraterrestre comme dans Mars Attacks, ou pulvérisé comme dans Superman 2 ou dans ce court-métrage des aventures de Roger Rabbit.

WASHINGTON : C’est vrai qu’on en a fait pas mal, des films. Nous sommes les plus grands seconds rôles du cinéma américain !

ROOSEVELT : Mais ce serait avec grand plaisir !

LINCOLN : Il en a même déjà été question à plusieurs reprises. Des démarches avaient été entreprises pour ajouter Ronald Reagan et John Fitzgerald Kennedy à nos côtés.

JEFFERSON : Et même une femme, il en a été question !

LINCOLN : En 1937, alors que nous n’étions même pas terminés, il a été proposé au Sénat que nous soit adjoint le visage de Susan Anthony, la fondatrice de l’Association nationale américaine pour le suffrage des femmes, en 1890. Ca ne s’est pas fait, mais pas pour des raisons idéologiques.

JEFFERSON : C’est vrai. C’est parce qu’il n’y avait déjà plus assez de sous pour terminer la sculpture telle qu’elle était prévue.

LINCOLN : Bien entendu ! Nous sommes les pères fondateurs de l’Amérique moderne, après tout !

ROOSEVELT : Ne l’écoutez pas. Nous ne savons pas si nous méritons cet hommage, quoiqu’il y a des gens illustres gravés dans la roche un peu partout dans le monde.

WASHINGTON : Mais quoiqu’il arrive, nous en sommes ravis !

JEFFERSON : Jamais ! Même pas en rêve. Vous avez vu à quoi ressemble la politique de nos jours ?

WASHINGTON : Ici nous sommes observé avec le respect qu’on doit aux morts et aux icônes, les deux en même temps. Dans le monde des vivants, nous aurions les yeux rivés sur nos côtes de popularités ou sur nos comptes Twitter.

ROOSEVELT : George a raison. Nous sommes bien mieux ici à regarder le monde avec un peu de hauteur.

WASHINGTON : C’est un enfer.

ROOSEVELT : Et vous n’imaginez même pas ce que c’est lorsque des moustiques traînent dans le coin !

LINCOLN : Et dire que nous aurions dû être terminés jusqu’aux bustes, initialement. C’est par manque d’argent que les héritiers de Gutzon Borglum, notre sculpteur, n’ont pas pu nous achever. Nous aurions au moins pu jouer des épaules !

JEFFERSON : Roosevelt !

ROOSEVELT : PARDON ?

LINCOLN : Si si Theodore, il a raison.

WASHINGTON : Roosevelt aussi.

ROOSEVELT : C’est scandaleux. Proprement scandaleux.

Ha ha ha ! Elle est bien bonne.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.