Effrayante ? Rassurante ? Cette immense araignée de métal, visible aux quatre coins du monde et imaginée par Louise Bourgeois, répond à nos questions.

"Maman", de Louise Bourgeois, ici à Bilbao en Espagne, devant le musée Guggenheim
"Maman", de Louise Bourgeois, ici à Bilbao en Espagne, devant le musée Guggenheim © AFP / Ander Gillenea

Les touristes du monde entier peuvent la croiser à Londres, à Ottawa, à Bilbao ou à Tokyo, entre autres : perchée à près de dix mètres de haut sur ses longues pattes, "Maman" est une araignée de bronze créée en 1999 par la plasticienne franco-américaine Louise Bourgeois.

Pourquoi cet animal géant porte-t-il le nom de "Maman" ? Faut-il en avoir peur ou au contraire, lui faire confiance ? Ce dimanche, pour la première fois, cette étrange présence urbaine a accepté de répondre à nos questions.

La voix de l'oeuvre est interprétée cette semaine par Rebecca Manzoni.

"Maman" vous répond dimanche matin sur franceinter.fr, posez vos questions sur Twitter avec le tag #BVDInter

Partout dans le monde ! Initialement, j'ai commencé ma carrière en intérieur. C'est la Tate Modern, le grand musée d'art contemporain de Londres, qui m'avait commandé à Louise Bourgeois pour son inauguration, en 1999, pour mettre en valeur son immense "hall des turbines". D'ailleurs, au tout début, je faisais partie d'une installation beaucoup plus vaste, comme vous pouvez le voir sur ces images d'archive.

Depuis, je me suis un peu transformé - j'étais en inox, je suis devenue de bronze pour être plus adaptée au plein air - j'ai voyagé et fait des petits tout autour de la planète ! En plus de la Tate Modern, vous me verrez aussi à Bilbao devant le musée Guggenheim, au musée des beaux-arts d'Ottawa, devant le musée Mori à Tokyo, au musée de l'Ermitage de Saint-Petersbourg, ou encore au Qatar, entre autres. Et puis, je me suis posée provisoirement dans une quinzaine de lieux du monde !

Je suis assez grande pour ne pas qu'on me prenne pour une vraie araignée ! Cela dit, je peux comprendre que j'effraie les arachnophobes. Et pourtant, je n'ai jamais été créée pour faire peur. Si Louise Bourgeois me comparait à sa maman, c'est parce qu'elle voyait l'araignée comme une présence bienveillante, une tisseuse, travailleuse, soigneuse et qui élimine les parasites comme les moustiques !

Et en même temps, j'assume mon côté inquiétant... et cette sorte de cage de métal qui abrite mes oeufs.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.