Chaque dimanche, on se livre à un petit exercice d'actu-fiction : et si un système mis en place à l'étranger était transposé en France, comment pourrait-il fonctionner ? Comment pourrait-il améliorer notre quotidien ?

Hvorup, église à Nørresundby, Danemark
Hvorup, église à Nørresundby, Danemark © Getty / Raw Images Photography by Poul Brix

Une religion d'état, ça veut dire quoi?

Au Danemark, la constitution garantit la liberté de culte, mais la religion luthérienne a le statut de religion d'état. Alors, religion d'état, concrètement ça veut dire quoi ? 

il s'agit d'une organisation et d'une gestion des cultesla religion majoritaire a une reconnaissance particulière. Au Danemark, comme en Grande Bretagne, la reine est cheffe de l'église luthérienne, laquelle église est financée par l'état.

  • L'Europe et les religions d'Etat 

En Europe, plusieurs pays ont des religions d'état : le Danemark, l'Islande, ou encore la Finlande. Mais également des pays orthodoxes, comme la Bulgarie et bien sûr la Grèce. L'île de Malte quant à elle, est la seule nation catholique européenne à conserver une Eglise d’Etat. 

On retrouve à travers toute l'Europe, beaucoup de cas différents, pas nécessairement des cultes d'état, mais plutôt des cultes concordataires, comme en Allemagne, par exemple, où l'état prélève un impôt d'église.

Avec la laïcité, la France est une exception européenne 

C'est de loin le pays qui va le plus loin. Mais si elle apparaît comme laïque, une et indivisible (c'est même l'article 1 de la Constitution), c'est en réalité une mosaïque. 

Si la France prenait pour modèle le Danemark ou ces autre pays européens, ça se passerait comment?

Ce serait la fin de la loi de 1905. l'Etat financerait et nommerait les hautes instances des diverses religions. Comme au Danemark ou en Suède, il pourrait y avoir une messe pour l'ouverture du parlement. IL faudrait sans doute jurer sur la bible pour prêter serment, comme en Grece, même si Alexis Tsipras a refusé de le faire. 

Cela veut dire aussi qu'on pourrait déléguer à l'Eglise des services de l'état, comme la protection des mineurs délinquants ou d'autres services publics. A titre d'exemple, en Allemagne, l'Eglise est le second employeur après l'état. 

Cela pourrait aller plus loin et créer un délit de blasphème, comme à Malte, où l'avortement est rigoureusement interdit, et le divorce légalisé depuis à peine 2012. 

La liberté religieuse

Malgré tout, les pays membres de l'union européenne, notamment via le traité de Lisbonne, reconnaissent tous la liberté religieuse. Par ailleurs,  la cour européenne des droits de l'homme est un garant pour éviter les discriminations basée sur la religion. C'est ainsi que la Grèce a fini par abandonner l'inscription de la religion sur la carte d'identité. 

  • Une analyse signée Claude Guibal. 
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.