Statue de bronze de Jean, sire de Joinville, par Lescornel (1861), érigée à Joinville (Haute-Marne)
Statue de bronze de Jean, sire de Joinville, par Lescornel (1861), érigée à Joinville (Haute-Marne) © CC BY SA Ji-Elle

Sire de Joinville a été un familier de Saint Louis, dont il a écrit la vie. Mais dans cette vie, il se raconte tout autant lui même : il a tellement aimé ce roi… Qu'en retenir ?

Vers 1305, la jeune reine Jeanne de Navarre demande à Jean de Joinville d’écrire sur l’illustre grand-père de son époux, Philippe le Bel : Saint Louis . Joinville est alors octogénaire - il mourra à 93 ans, douze ans plus tard, chose exceptionnelle pour l'époque.

Ses souvenirs sont cependant extrêmement précis, vivants, et font de lui un témoin crédible. Crédible mais aussi exceptionnel, de par sa proximité avec le roi - le sénéchal fut conseiller et confident de Saint Louis. En tant que laïc, il ne se borne pas à montrer sa dévotion, mais donne aussi à voir le guerrier, le roi-chevalier.

Contrairement aux précédents poètes et chroniqueurs rencontrés jusqu'ici dans "Bienvenue au Moyen-Âge", Joinville n’écrit pas lui-même mais dicte ses souvenirs à des secrétaires : c’est peut-être ce qui explique ce ton si particulier des Mémoires, cette légèreté, celle de la conversation familière.

Cette Vie de Saint Louis est avant tout un témoignage, Joinville ne parle que des moments de la vie du roi qu’il a partagés avec lui : __

Je ne veux rien dire ni mettre dans mon livre dont je ne sois pas certain.

Et à force de privilégier les relations qui l’unissent au roi, Joinville s’installe souvent au centre du récit : la "Vie de Saint-Louis" est aussi en filigrane une autobiographie de son auteur.

La Vie de Saint Louis n’eut aucun succès au Moyen Age. Seuls trois manuscrits subsistent aujourd’hui.

Feuilletez-en un ici grâce à la Bibliothèque Nationale de France

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.