A écouter Froissart, on ne jouit pleinement de l'amour qu'avant de le connaître, avant d'atteindre l'âge où on le découvre, avec ses déceptions et ses souffrances. Michel Zinc nous explique pourquoi.

"L'escarlopette" de Fragonard (1768)
"L'escarlopette" de Fragonard (1768) © Jean-Honoré Fragonard (domaine public)
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.