Jean-Jacques Goldman est le monument de la variété française ! De par ses tubes, ses compositions, ses textes écrits et chantés par d’autres, sa discrétion devenue légendaire, il reste classement après classement, une des personnalités préférées des Français. Pourquoi ? Comment ? C'est ce qu'on va tenter de découvrir !

Jean-Jacques Goldman, musicien, auteur-compositeur et interprète, le 7 janvier 1987 à Bordeaux (France).
Jean-Jacques Goldman, musicien, auteur-compositeur et interprète, le 7 janvier 1987 à Bordeaux (France). © AFP / Georges Bendrihem

Blockbusters revient sur les temps fort de la carrière de Jean-Jacques Goldman ! Sa musique, ses paroles, son style... La période "Fredericks Goldman Jones", son engagement caritatif, la génération Goldman... Nous tenterons de comprendre comment et pourquoi le public français lui est resté fidèle si longtemps après la sortie de son dernier album ?

Qui est Jean-Jacques Goldman ?

Il a grandi à Montrouge, en banlieue parisienne, a commencé la musique très tôt car c'était ce que ses parents voulaient (c'était pour eux un vecteur d'intégration) et à partir de 14/15 ans il a compris que la musique allait devenir une grande partie de sa vie. Il découvre le rock à cette époque, va voir Bob Dylan à l'Olympia, s'achète une guitare...

Il le dit lui-même : toute son inspiration vient de la musique des années 1970 : Bob Dylan, Deep Purple, The Doobie Brothers... Il n'a fait que franciser la musique des années 1970.

— Alexandre Fiévée

Il a fait partie de plusieurs groupes de musique, dont Taï Phong où il chantait en anglais car dans son esprit c'était difficile de chanter en français... Jusqu'à ce qu'il assiste à un concert de Léo Ferré et qu'il découvre qu'on peut chanter en français sans que ce soit forcément très niais. C'est lui qui lui fait découvrir qu'on peut écrire faire des chansons françaises qui aient du sens, il a eu envie d'en écrire, de faire sonner les mots français comme les mots anglais. Il se lance alors dans une carrière solo et c'est par là qu'il rencontre d'ailleurs Michael Jones, qui vient le remplacer dans le groupe Taï Phong, le début d'un coup de foudre artistique et musical entre les deux hommes et ils ne vont plus jamais se quitter.

Quelqu'un qui ne voulait pas chanter...

Ce qui intéressait Jean-Jacques Goldman c'était avant tout d'écrire des chansons. Son éditeur de l'époque a essayé désespérément de faire chanter ses textes par d'autres, en vain. Alors puisque personne n'en voulait Jean-Jacques Goldman s'est mis à les chanter lui-même. Mais il voulait avant tout devenir auteur-compositeur, pas interprète.

C'est d'abord un sound-maker. Il ne voulait pas être sur le devant de la scène mais vraiment écrire et composer pour les autres, il n'aspirait qu'à ça. Il est devenu un peu chanteur par hasard.

— Alexandre Fiévée

Il continuait d'ailleurs à travailler dans le magasin de son sport tenu par son frère et ses parents. Il a fini par arrêter car petit à petit il y avait plus de gens qui venaient pour le voir que pour acheter des baskets !

La tambouille Goldman

C’est très populaire et faussement simple. Musicalement c’est quand même assez recherché et pointu. C'est l'un des chanteurs français qui a vendu le plus, sans compter ce qu'il a écrit pour les autres... et sans compter que c'était quelqu'un qui ne voulait pas chanter au départ !

Jean-Jacques Goldman a toujours beaucoup travaillé sur les textes et leur a toujours donné une grande importance. Ce qu’il recherche c’est l’émotion, par la musique, la mélodie : pour lui c’est vraiment la clé du succès. Par contre c’est le texte qui va créer un lien entre l'artiste et le public et ainsi assurer sa fidélité.

Ses collaborations

A la fin des années 1980 Jean-Jacques Goldman reconnaît qu'il commence à se répéter : tant au niveau des textes, qu'au niveau de la musique. Le fait d'écrire pour les autres lui a permis de se renouveler et de se remotiver en abordant des choses qu'il n'aurait pas pu aborder pour son propre compte.

Il avait envie d'écrire pour des voix qui étaient éloignées de la sienne. En ce qui concerne Céline Dion c'est sans doute la première et la seule fois qu'il s'est proposé pour écrire des chansons à quelqu'un. Et avant de le faire, il a lu toutes les interviews de Céline Dion et les documentaires sur elle, afin de s'imprégner pleinement de son univers et lui écrire quelque chose de totalement sur-mesure qu'il n'aurait pas pu interpréter.

Il a écrit des choses qu'il n'aurait jamais pu chanter lui-même.

— Véronique Dokan

Le mystère Goldman

On apprend certaines de ses chansons à l'école, en cours de musique, les musiciens qui se testent sur les chansons de Goldman... C'est un patrimoine incroyable de la variété française. Il a beaucoup de style, c'est de la pop, du rock, de la variété, du slow. On peut s'essayer à différents styles avec Goldman et ainsi progresser à travers ses chansons.

Il a joué le jeu de la presse au début mais il ne s’est pas reconnu dans les papiers qu’on faisait sur lui, dans les propos qu’on lui tenait… Il a refusé assez vite de donner des interviews, ce qui a créé des inimitiés.

Avec les Goldmen : on se rend compte que les gens sont vraiment en manque. C’était une fête sur scène Jean-Jacques Goldman.

— Alain Stevez

[+] pour aller plus loin

  • Jean-Jacques Goldman – sur ses traces, d'Alexandre Fiévée, paru en 2016 aux éditions Gründ
  • Fredericks Goldman Jones – de l'intérieur, d'Alexandre Fiévée, paru en 2018 aux éditions Gründ
  • Le recueil le plus complet de toutes les interviews de Jean-Jacques Goldman : le site Parler d'Sa Vie
  • “Il est comme ça… Jean-Jacques Goldman”, article du Monde, daté du 18 janvier 2019
Les invités
Programmation musicale
L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.