Blockbusters revient sur la genèse de Spider-Man ! Comment le personnage a réussi à passer les années en restant aussi populaire, ce qui fait de lui un personnage unique parmi le panthéon des super-héros, ses multiples déclinaisons et comment au fil des ans, on ne parle désormais plus de Spider-Man mais de Spider-Men ?

Stan Lee, éditeur historique des comics Marvel, posant avec un numéro de "Spider-Man", l'un des super-héros sorti de son imagination.
Stan Lee, éditeur historique des comics Marvel, posant avec un numéro de "Spider-Man", l'un des super-héros sorti de son imagination. © Getty / Gerald Martineau/The Washington Post

Apparu en 1962 Spider-Man fait parti des rares super héros a être immédiatement reconnaissable sur la planète entière ! Créé par les regrettés Stan Lee et Steve Ditko, Spider-Man peut être plus encore plus que Batman ou Superman, est la définition même que l’on se fait d’un héros dans nos sociétés occidentales. Se balançant de toiles en toiles, Spider-Man c’est ce héros du quotidien qui s’affranchit du carcan de nos métropoles bétonnées. Masqué de la tête au pied, Spider-Man peut être un homme, une femme, un blanc, un noir... Peu importe sa couleur et son genre, seule son envie de faire une différence à sa toute petite échelle fait de lui ou d’elle un héros!  Car comme vous le savez tous : un grand pouvoir implique de grandes responsabilités.

La genèse de Spider-Man

Dans les années 1960 les éditions Marvel sont en pleine refonte, elles viennent de lancer le comics book des Quatre Fantastiques et cherchent à créer un nouveau héros : pourquoi pas un héros adolescent car ce n'était pas courant à l'époque. Il y avait des adolescents dans les comics de super-héros mais plutôt des "side kids", des faire-valoirs, l'image de Robin pour Batman. Ici, Marvel créé un héros indépendant jeune qui ne s'appelle Spider-Boy mais bien Spider-Man, c'est quelque chose qui se trouve au rendez-vous de l'Histoire. En effet au même moment, dans les années 1960, la jeunesse américaine se rebelle un peu et ce héros arrive pile au bon moment pour être populaire auprès de la jeunesse américaine.

Peter Parker est un orphelin élevé par son oncle et sa tante, c'est un nerd, un élève brillant mais marginalisé à cause de son intelligence... ce n'est pas du tout un "cool kid". Et lorsqu'il est mordu par une araignée radioactive, qui lui donne ses pouvoirs, il n'a pas immédiatement envie de venir quelqu'un de bien. Il a envie de se faire de l'argent avec ce nouveau don, il va donc se mettre à faire du catch et à faire des spectacles avec ses toiles. Jusqu'à ce qu'un malfrat lui vole son butin et tire sur son oncle Ben en partant, et c'est de là que vient la morale « un grand pouvoir implique de grandes responsabilités ». Si tu as la capacité de faire quelque chose de bien, il faut le faire, peu importe ce que cela te coûte. Une maxime qui est connue de tout le monde maintenant, même s'ils n'ont pas lu les comics !

Spider-Man n'est pas un milliardaire, il n'est pas non plus membre d'une famille, c'est un héros solitaire, c'est un héros de galérien et c'est en ce sens qu'il parle à tout le monde.

– Corentin Mouchon

Les déclinaisons de Spider-Man

On peut attaquer Spider-Man n'importe quand, à n'importe quelle décennie : on aura un récit original et qui aura une fin, car il faut revenir à un statut quo pour revenir au statut intemporel et universel du personnage.

Pour que le personnage reste en vie éternellement il faut lui créer des situations complètement folles et improbables, pour ensuite le ramener à un statut quo, quitte à des fois raconter un peu la même chose. C'est la même chose pour James Bond ou pour Lucky Luke par exemple.

– Jimmy Bismuth

Chaque scénariste donne une vision du personnage pendant un certain temps : des mois, des années... mais on finit toujours par revenir à une base qui est plus une sorte de feuille blanche pour explorer une piste, que l'on passe ensuite au scénariste suivant. C'est le principe des comics et c'est la même chose pour Batman, Superman...

Il existe autant de Spider-Man qu'on aurait envie d'en lire. On prend une base et ensuite on peut l'appliquer à tellement de personnages, d'époques... Spider-Man devient une marque, il garde des attributs, un esprit, mais chacun à ses petites particularités et caractéristiques.

– Océane Zerbini

[+] pour aller plus loin

Les invités
Programmation musicale
L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.