Retour sur le parcours de cette incroyable chanteuse, de son enfance dans le New Jersey au faste de Berverly Hills… son impact sur la musique noire, l'histoire de cette famille qui l'a accompagné tout le long de sa carrière, son mariage tragique avec le rappeur Bobby Brown, et le film “Bodyguard” !

La diva de la soul, Whitney Houston, sur la scène du  Aschaffenburg folk festival, en Allemagne, le 11 juillet 1998.
La diva de la soul, Whitney Houston, sur la scène du Aschaffenburg folk festival, en Allemagne, le 11 juillet 1998. © AFP / Wolf-Dieter Weißbach / dpa Picture-Alliance

Beyoncé, Rihanna, Alicia Keys, autant de chanteuses qui doivent toutes quelque chose à Whitney Houston ! Artiste féminine ayant été la plus récompensée mais aussi l'une de celle qui a vendu le plus d’albums

Un regard distrait aurait pu nous faire penser que la vie de Whitney Houston était un véritable conte de fées : chanteuse à succès, mannequin, actrice... Tout semblait lui réussir ! Pourtant l’histoire de Whitney Houston est aussi l’histoire de la toxicité d’un entourage ! Père, frères, mari... Autant de handicaps qui auront eu raison d’une des plus belles voix du XXe siècle ! 

Qui était Whitney Houston ?

Venant du gospel, Whitney Houston a véritablement apporté quelque chose dans la musique pop et dans la manière de chanter la musique pop, qui n'existait pas jusqu'alors. Elle a fait ses armes dans la plus grande école de chant du monde qui est l'Eglise ! Elle chantait tous les dimanches à l'Eglise, avec sa mère et sa famille : ils faisaient tous partie de la chorale. Et ainsi, de part sa formation dans le gospel, elle a apporté le « mélisme » dans la chanson pop : cette technique vocale qui accumule plusieurs notes vocables sur une même syllabe.

Dans les années 1980, tout était très blanc, très aseptisé, hyper cloisonné... Et Whitney Houston a réussi ce « crossover » entre des publics blancs et des publics noirs, comme l'avaient fait également Prince et Michael Jackson. La pop avait rarement été aussi peu hybride que dans les années 1980.

La face sombre d'une voix d'or

Elle aurait été victime d'abus sexuel de la part de sa grande cousine, Dee Dee Warwick... Ses frères l'ont initié à la drogue quand elle avait 16 ans, sauf que cela a mal tourné et une dépendance s'est créée.

Sa vie a changé du tout au tout dès son premier album qui l'a poussé en haut des « charts » avec de l'argent qui coulait à flot. Or à 18 ans elle n'avait pas des parents qui lui remettaient les pieds sur Terre mais qui avaient eux aussi le sentiment d'avoir gagné au loto... elle a ainsi perdu pieds avec la réalité.

Une artiste singulière ou un produit ?

Whitney Houston était véritablement une grande voix de la musique, comme l'Histoire de la musique en a eu peu. Mais évidemment c'était aussi un produit : elle faisait de la variété pop, comme on peut aimer ou pas.

On a également gommé son côté noir : c'était l'un des mots d'ordres de son label Arista. Ils voulaient la dépouiller de ses racines « black music », dans laquelle elle a baigné, pour en faire une icône pop, une autre Madonna.

La communauté noire s'est également fédérée contre elle, alors qu'elle avait déjà un statut de star. Ce qui a posé problème c'était qu'elle utilise cette façon de chanter, le « mélisme », soit faire des « vibes », qui vient du gospel... avec un package très pop, très blanc. On lui reprochait de dénaturer cette façon de chanter qui venait du gospel et donc qui avait des racines noires.

[ + ] pour aller plus loin

  • le documentaire de Sophie Peyrard – Divas des 90's
  • le livre de Sophie Rosemont – Girls Rock, chez NiL Éditions
  • l'émission de Sébastien Folin – "Acoustic", sur TV5 Monde 
Les invités
L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.